Fermer

Football : ce que Florent Ibenge a pensé du choc Maroc-Côte d’Ivoire de samedi

Florent Ibenge est l'entraîneur des Léopards de la RDC depuis août 2014. © Capture d'écran / France 24

Florent Ibenge, le sélectionneur de la RD Congo, imaginait le Maroc s'imposer samedi soir à Marrakech lors du choc du groupe C contre la Côte d’Ivoire, en qualifications pour la Coupe du Monde 2018. Une rencontre qui s’est soldée par un match nul (0-0)...

Samedi soir, dans un stade de Marrakech chaud bouillant, le Maroc a concédé son deuxième match nul après celui obtenu au Gabon (0-0) le mois dernier. « Je voyais les Marocains s’imposer chez eux, où ils sont quasiment invincibles. Et puis, la Côte d’Ivoire devait faire face à plusieurs absences importantes : le gardien Gbohouo, Seri,  Bailly, Gervinho. Je pense que les Éléphants, avant le coup d’envoi, auraient tout de suite signé pour un match nul, qui les place ainsi en bonne position », explique Florent Ibenge, le sélectionneur d’une RD Congo qui, de son côté, est rentrée victorieuse de son périlleux déplacement en Guinée (2-1).

Le Maroc globalement dominateur

Le technicien congolais, évidemment intéressé par cette confrontation entre les Lions de l’Atlas et les Éléphants – « nous les affronterons lors de la CAN au Gabon (14 janvier-5 février) et je me dois de suivre leurs matches » -, a vu le Maroc globalement dominer. « À domicile, c’est  assez logique d’avoir la possession du ballon. Mais quand en face il y a une équipe expérimentée, avec des joueurs disciplinés tactiquement, cela devient difficile de se procurer des occasions, surtout face à une défense solide, bien regroupée. »

Le Maroc n’a jamais vraiment réussi à mettre en danger  Ali Badra Sangaré, le gardien ivoirien de l’AS Tanda. « Pourtant, les Lions avaient les arguments techniques, avec Boufal, Boussoufa et Belhanda, mais ils n’ont pas su trouver la solution », estime Ibenge, pour qui les nord-africains ont surtout été dangereux sur les coups de pied arrêtés. »Ils sont d’habitude assez efficaces dans cet exercice, mais il y a des jours où ça ne fonctionne pas. C’est une équipe qui d’habitude aime jouer, grâce à sa qualité technique. Et Hervé Renard lui a apporté encore plus de rigueur tactique. »

Des Ivoiriens regroupés autour de Serey Die

Cela n’a pas été suffisant face à des champions d’Afrique certes diminués, mais parfaitement regroupés autour de Serey Die, leur capitaine. « On sait que c’est une équipe solide. Elle l’a encore prouvé. Athlétiquement, les Ivoiriens ont été fidèles à eux-mêmes, avec beaucoup d’engagement, de présence dans les duels. Et ils ont eu quelques opportunités de marquer, car ils ont un potentiel offensif évident. »

Michel Dussuyer, le sélectionneur ivoirien, avait franchi dans la douleur le premier objectif qu’il s’était fixé, c’est-à-dire la qualification pour la CAN 2017. Avec ce match nul, son équipe occupe seule la première place du groupe C avec quatre points. « La Côte d’Ivoire est une équipe en phase de mutation. Mais Michel Dussuyer connaît bien l’Afrique. Il avait fait du bon travail en Guinée. Et c’est de nouveau le cas avec la Côte d’Ivoire, au vu notamment ce résultat ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici