Fermer

Législatives en Côte d’Ivoire : le FPI dévoile ses investitures, la tendance Sangaré boycottera le scrutin

Des partisans de Pascal Affi N'Guessan, le 23 octobre 2015 à Arrah. © Nicolas Garriga/AP/SIPA

Le Front populaire ivoirien (FPI) ira aux élections législatives en rang dispersé. Alors que les frondeurs du parti menés par Aboudramane Sangaré boycotteront les législatives du 18 décembre, les membres restés fidèle au président Pascal Affi N’Guessan comptent bien occuper le terrain.

Cette dernière frange du parti fondé par Laurent Gabgbo a d’ailleurs commencé à dévoiler ses têtes de liste et présentera 210 candidats sur les 255 circonscriptions. Objectif : obtenir au moins 50 sièges et pouvoir constituer un groupe parlementaire.

Mais la bataille s’annonce difficile. Les frondeurs du parti ont déjà annoncé qu’ils boycotteraient le scrutin. Si le FPI n’ira donc pas en ordre serré aux législatives, la tendance Affi N’Guessan organise ses troupes et finalise ses investitures, dont certaines ont déjà été officialisées.

Affi N’Guessan à Bongouanou, Marcel Gossio à Port-Bouët

Sans surprise, Pascal Affi N’Guessan se présentera dans son fief natal de Bongouanou, dans le centre-est du pays. Parmi les autres têtes de liste, l’ancien patron du port autonome d’Abidjan, Marcel Gossio, sera pour sa part candidat à Port-Bouët, tandis qu’Augustin Kouadio Komoé, l’un des vice-présidents du parti, se présentera à Tankessé, dans l’est du pays, explique ce dernier.

Konaté Navigué, 42 ans et chef de la Jeunesse du FPI, sera quant à lui candidat à Kouto, dans le nord de la Côte d’Ivoire, et affrontera le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Bruno Koné. « La bataille sera rude, mais je suis confiant », avance-t-il.

À Cocody, le FPI sera représenté par Issiaka Sangaré, frère cadet du leader des frondeurs et militant du parti depuis plus de vingt ans. Il affrontera notamment Yasmina Ouégnin, qui se présentera en candidate indépendante après que le PDCI lui a refusé l’investiture.

Incertitude à Yopougon

En revanche, les investitures de Yopougon devraient être officialisées dans les heures à venir, en raison des nombreux prétendants. Selon l’un des cadres du FPI, le parti pourrait proposer une candidature sous la bannière de l’Alliance des forces démocratiques, une coalition regroupant une dizaine de formations politiques de l’opposition.

D’après ce même cacique du parti, Mohamed Sam Jichi, dit « Sam l’Africain », est pressenti pour figurer sur la liste, de même que William Atteby, ancien député de Yopougon.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici