Fermer

Football : décès de l’ancien international ivoirien Laurent Pokou

Par Jeune Afrique avec AFP

Laurent Pokou pose dans un hôtel de Malabo en 2012. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

L'ancien attaquant international ivoirien Laurent Pokou, figure emblématique du football africain qui avait également brillé au stade rennais, est décédé à l'âge de 69 ans, a annoncé ce dimanche le club breton sur son site internet.

C’est une figure du football ivoirien qui s’est éteinte. Dimanche soir, l’ancien attaquant des Éléphants, Laurent Pokou, est décédé à l’âge de 69 ans. Le quotidien français Ouest France précise que le joueur est décédé à la Polyclinique internationale de Cocody, à Abidjan.

L’information avait été dévoilée un peu plus tôt par le stade rennais, l’un des clubs qui a vu l’attaquant briller sous ses couleurs. Le club breton a rendu hommage à son ancien joueur, auteur de 52 buts en 82 matchs sous le maillot rouge et noir.

Avant d’évoluer sur les pelouses françaises, Laurent Pokou a été l’un des fers de lance de l’Asec Mimosas, club abidjanais qu’il entraînera après avoir pris sa retraite.

Une légende de la sélection ivoirienne

Mais c’est avec sa sélection que Laurent Pokou s’est le plus distingué. L’attaquant a en effet marqué l’histoire des Éléphants, mais aussi du football continental : il est resté pendant plusieurs décennies le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe d’Afrique des Nations avec 14 réalisations, six en 1968, huit en 1970.

Il n’a été détrôné qu’en 2008, par un autre grand du foot africain : Samuel Eto’o, auteur de 16 buts en phases finales de la CAN. Autre fait d’armes notable, il est le seul joueur à avoir inscrit un quintuplé en phase finale de la CAN. C’était en 1966, à Asmara, contre l’Éthiopie. Ces performances avaient même valu à Laurent Pokou d’être adoubé par Pelé en personne. L’attaquant brésilien avait déclaré : « Jai trouvé mon successeur. Il s’appelle Laurent Pokou. Il n’a qu’un défaut, il n’est pas Brésilien. »

Si l’attaquant ivoirien n’a pas autant marqué l’histoire de son sport que Pelé, il peut se consoler. Aujourd’hui, de nombreux amoureux du football le pleurent, de la Côte d’Ivoire à la Bretagne.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici