Fermer

RDC : la Banque centrale estime la dissolution de la Biac non fondée

Par Jeune Afrique

Siege de la BIAC à Kinshasa (RDC) en septembre 2012. © Baudouin Mouanda pour JA

Dans un avis au public daté du 10 novembre, la Banque centrale du Congo tente de rassurer quant à l'avenir de la 4ème banque de RDC, dont les actionnaires ont annoncé la liquidation.

Dans son texte, l’autorité de tutelle rappelle que « la décision de dissolution a été prise par les actionnaires défaillants sans le concours de l’administration provisoire, ni de l’autorité de régulation et de contrôle bancaire qui ont à leur charge la responsabilité du redressement de la Biac ».

La 4ème banque congolaise par le total de bilan avait été placée sous administration provisoire le 30 mai dernier, pour six mois. Le Groupe Elwyn Blattner, qui possède 100% de la Biac, estime pour autant que ses droits d’actionnaires sont conservés, la mise sous administration ne concernant que les actes de gestion.

L’administration provisoire de la BCC ne fait pas d’elle une actionnaire ou propriétaire de la banque.

À ce titre, comme l’a précisé dans une déclaration à l’AFP l’avocat de la Biac, Pierre Okendembo, « l’administration provisoire de la BCC remplace les organes de gestion d’une banque en difficulté mais ne fait pas d’elle une actionnaire ou propriétaire de la banque qui est une société privée ».

Elwyn Blattner estime donc tout à fait régulière sa décision prise en assemblée générale extraordinaire le 4 novembre dernier de procéder à la liquidation de la banque.

Dans son communiqué, la Biac invite les déposants ayant des avoirs à la Biac « à la sérénité et au calme, en attendant l’aboutissement imminent du processus de résolution de crise sévissant au sein de cette banque, qui devra se solder impérativement par la sauvegarde de l’épargne du public ».

La Biac comptait fin 2015 plus de 400 000 comptes pour un total des dépôts de 399,7 milliards de francs congolais (environ 390 millions d’euros) dont 245,3 milliards détenus par de petits épargnants.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici