Fermer

Côte d’Ivoire : Serge Beynaud, star multiprimée du coupé-décalé

Serge Beynaud. © Capture d'écran YouTube

Serge Beynaud affole les compteurs et a fini par rafler le 22 octobre le MTV Africa Award du meilleur artiste francophone. L'occasion de revenir sur cette personnalité incontournable de la scène musicale ivoirienne.

Enfance (prodige) à Yopougon

Selon le site officiel de la star ivoirienne, Serge Beynaud est né le 19 septembre 1987 à Yopougon. Et c’est dès l’âge de sept ans qu’il se serait mis à la composition musicale sur l’ordinateur familial. En 2007, il monte son propre studio d’enregistrement et se fait une petite renommée. Deux ans plus tard, il pose pour la première fois sa voix sur l’une de ses propres productions. Le succès est quasi immédiat et il devient alors l’une des figures incontournables du coupé-décalé.

 

 

 

Clips soignés et millions de vues

Sur internet, Serge Beynaud affole les chiffres. Sur YouTube, ses vidéos dépassent souvent  le million de vues, tandis que sa page Facebook totalise plus d’1,3 million de fans. La réalisation de ses clips est toujours soignée, et évidemment la danse y est à chaque fois une élément central.

 

 

 

 

2016, l’année des récompenses

Le succès de Beynaud est aujourd’hui incontestable. Cette année il peut se vanter d’avoir décroché (en octobre) le MTV Africa Award dans la catégorie meilleur artiste francophone, un Poro Music Award comme meilleur artiste masculin, et un Oscar de la musique ivoirienne.

 

Discographie

Serge Beynaud a sorti deux disques. Le premier, Seul Dieu, parait en 2012 chez Obouo Music. Il s’impose très vite comme un disque de référence dans l’univers du coupé décalé. Il dépassera les 50 000 ventes physiques.

 

 

Deux ans plus tard sort Talehi (2014) sur lequel on retrouve des invités comme le chanteur français Colonel Reyel.

 

Son prochain opus, Accelerate, sortira en février 2017 sur son propre label, Star Factory.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici