Fermer

Niger : cinq soldats tués dans une attaque à Bani Bangou, dans la région de Tillabéri

Des soldats nigériens, lors de la fête nationale, le 18 décembre 2014. © Vincent Fournier/J.A.

Une attaque est survenue ce mardi matin à Bani Bangou, dans la région de Tillabéri. Cinq soldats ont été tués.

Trois autres soldats nigériens ont été blessés et quatre sont portés disparus, après l’attaque terroriste menée vers 4 heures (heure locale) mardi 8 novembre, contre Bani Bangou, dans la région de Tillabéri située au sud-ouest du pays. « Les assaillants à bord de deux véhicules et dix motos étaient lourdement armés », rapporte le ministère de l’Intérieur.

Deux assaillants ont par ailleurs été abattus et 26 personnes, soupçonnées de complicité, ont été arrêtées avec des armes et des munitions. Mohamed Bazoum, ministre de l’Intérieur, a présenté ses condoléances à la Garde nationale et précisé, dans un communiqué, avoir reçu du chef de l’État Mahamadou Issoufou « des instructions fermes pour que ces assaillants soient poursuivis et rattrapés ».

Une frontière de plus en plus attaquée

Cette région de la frontière entre le Niger et le Mali a déjà été la cible d’attaques ces dernières semaines. Un Américain a ainsi été enlevé le 14 octobre alors que, trois jours plus tard, la prison de Koutoukalé, à 50 km au nord-ouest de Niamey, était également prise pour cible.

Cette dernière attaque a été revendiquée par l’État islamique et les soupçons pèsent sur Adnane Abou Walid Al-Sahraoui, ancien porte-parole et membre du groupe Al-Mourabitoune, premier chef jihadiste sahélien d’envergure à prêter allégeance à l’État islamique en mai 2015.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici