Fermer

Retour de la VoIP au Maroc : merci la COP22 !

Par - à Casablanca

Le 7 janvier 2016, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a bloqué la Voip au Maroc, estimant que ce service ne peut être fourni que par des exploitants agréés. © Sam Azgor/Flickr

Alors que le royaume abrite la Conférence des parties sur le climat (COP 22), le régulateur du marché des télécoms a levé la suspension des appels via les applications internet, bloquée depuis janvier dernier. Explications.

Les 30 000 visiteurs attendus lors du sommet mondial sur le climat (COP 22) qui s’est ouvert ce lundi 7 novembre à Marrakech, pourront bénéficier durant leur séjour des services et applications de téléphonie sur IP (VoIP) sur l’ensemble des réseaux fixes et mobiles. Trois jours avant la grand-messe mondiale du climat, l’Agence nationale de réglementation des télécoms (ANRT) a annoncé le rétablissement de ces services qui permettent d’émettre des appels gratuits via FaceTime, Whatsapp, Skype…, après dix mois de suspension.

En janvier dernier, le régulateur du marché des télécoms avait justifié l’arrêt de ces services afin de « préserver les intérêts des opérateurs ». La décision avait suscité la colère des internautes marocains qui avaient lancé une campagne pour boycotter les réseaux sociaux des sociétés télécoms. La suspension de la VoIP a été même évoquée parmi les raisons expliquant le limogeage brutal, le 25 octobre, du directeur de l’ANRT, Azedine El Montassir Billah.

Une réactivation temporaire ?

Nombreux sont les Marocains qui pensent néanmoins que la réactivation des appels VoIP reste provisoire. Plusieurs semaines avant l’ouverture de la COP 22, la rumeur se faisait insistante sur le rétablissement de ce service, le temps de cet événement international censé réunir des intervenants de 196 pays.

Même le communiqué de l’ANRT, annonçant la « bonne nouvelle », n’a rien de rassurant : l’agence « veillera à faire bénéficier les consommateurs des meilleurs évolution technologiques, en harmonie avec les impératifs de développement du secteur et des acteurs, et dans le respect de la réglementation en vigueur ». Comprenez : les utilisateurs marocains ne sont pas à l’abri d’une nouvelle suspension.

Le gendarme du marché des télécoms précise d’ailleurs que l’encadrement des applications de type OTT (Over the top) est l’objet de discussions au niveau international, « visant à convenir des modalités relative à la fourniture et à l’exploitation desdites applications ». En attendant le résultat de ces discussions, de récentes études sont venues démontrer le préjudice engendré par la suspension de ces services. Selon le centre de recherches américain The Brookings Institution, le blocage de la VoIP au Maroc a engendré un manque à gagner de 320 millions de dollars durant le premier semestre 2016.

À lire aussi :
Retrouvez notre dossier : Le phénomène WhatsApp en Afrique

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici