Fermer

Égypte : deuxième mois consécutif sans pétrole saoudien

Par Jeune Afrique avec AFP

Un site de la compagnie pétrolière Aramco en Arabie saoudite. © BRUCE STANLEY/AP/SIPA

Selon un responsable du ministère égyptien du pétrole, l'Égypte ne recevra pas de pétrole de la compagnie saoudienne Aramco en novembre pour le deuxième mois consécutif. Le pays doit à nouveau s'approvisionner sur les marchés internationaux.

Un différend géopolitique qui se répercute sur le plan économique. Sur fond de désaccord sur le dossier syrien, les relations entre l’Égypte et l’Arabie Saoudite se sont quelque peu tendues. Conséquence de la brouille diplomatique : la compagnie pétrolière saoudienne Aramco a décidé de ne plus approvisionner l’Égypte. Et ce depuis le mois d’octobre.

Affaiblissement économique

Autre élément inquiétant pour l’Égypte : l’absence d’information quant à une éventuelle reprise des livraisons d’Aramco, selon le responsable du ministère égyptien du pétrole. « En novembre, nous achetons sur des marchés internationaux », informe t-il. En octobre, Le Caire avait déjà dû lancer des appels d’offres pour assurer son approvisionnement.

L’Arabie saoudite avait passé un accord en avril avec l’Égypte pour la fourniture, sur cinq ans, de 700 000 tonnes de produits pétroliers par mois, pour une valeur de 23 milliards de dollars (20,8 milliards d’euros). Et la décision de Riyad de suspendre provisoirement – ou à plus long terme – cet accord risque d’affecter sérieusement l’économie égyptienne déjà aux abois. Jeudi 3 novembre, l’Égypte a décidé de dévaluer sa monnaie pour tenter de répondre à une crise monétaire nationale.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici