Fermer

Soudan du Sud : une fusillade dans un bar de Djouba fait au moins treize morts

Par Jeune Afrique avec AFP

Un camp de réfugiés à Djouba , capitale du Soudan du Sud, le 11 juillet 2016. © Jason Patinkin/AP/SIPA

Une fusillade dans un bar de Djouba pendant la retransmission d'un match qui opposait les clubs anglais de Chelsea et Everton, samedi soir, a fait au moins treize morts et dix blessés, a déclaré lundi la police de la capitale sud-soudanaise.

Le motif de la fusillade fait froid dans le dos. Vers 21 heures locales ce samedi 5 novembre à Djouba, un homme ivre se présente à l’entrée d’un bar de Gure, un quartier pauvre de la capitale. Mais l’individu est prié par lé gérant de s’acquitter d’une somme de 45 centimes d’euros (0,5 dollar) pour avoir accès à l’établissement. Furieux, l’homme éméché refuse et s’en va. Avant de revenir quelques instants plus tard, muni d’une arme, et de tirer au hasard, selon le porte-parole adjoint de la police de Djouba, Kwacijwok Dominic Amondoc.

Le tireur portait même un uniforme – sans plus de précision –  selon une autre source policière.  Et le bilan provisoire est lourd : au moins treize morts et dix blessés, dont certains d’entre eux dans un  état critique.

Enquête en cours

Wani Patrick, qui se trouvait dans le bar, a été témoin de la scène. Dans la fusillade, il a été blessé à la main. « Quand j’ai été touché, je suis tombé et des gens sont tombés sur moi. Je n’ai pu me relever que lorsqu’il a eu fini de vider son chargeur, a-t-il rapporté à l’AFP depuis l’hôpital de Djouba où il est soigné. Beaucoup de gens ont été touchés par balle, beaucoup de gens sont morts.  »

L’homme en question a pris la fuite. Ses motivations sont, pour l’heure, inconnues, mais « une enquête est en cours », a précisé Paul Akol Kordit, vice-ministre sud-soudanais de l’Information. « C’est très regrettable et le gouvernement condamne cet acte dans les termes les plus forts. Nous nous engageons à faire tout notre possible pour protéger notre peuple et mettre derrière les barreaux ces gens qui tuent des innocents sans aucune raison », a ajouté le vice-ministre.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici