Fermer

Algérie : un groupe chinois va rénover une raffinerie pour 380 millions d’euros

Par AFP

Le siège de Sonatrach, à Alger. © Farouk Batiche / AFP

La société publique d'hydrocabures algérienne Sonatrach a signé dimanche un contrat de près de 380 millions d'euros avec le groupe d'ingénierie chinois Cpecc pour la réhabilitation et la modernisation de sa raffinerie d'Alger, un contrat initialement remporté par le français Technip.

Le contrat, qui devra être réalisé dans un délai de 21 mois prévoit la construction de nouvelles unités qui permettront à la raffinerie de produire des essences à des spécifications identiques à celles en vigueur en Europe, a précisé le groupe. Le projet permettra d’accroître de 35% sa capacité de raffinage.

La rénovation de cette raffinerie avait été confiée en 2010 au groupe d’ingénieurie français Technip pour 880 millions d’euros. Mais le contrat avait été résilié en juin 2015 à la suite d’une bataille de procédures entre Sonatrach et Technip.

Le groupe français s’est rendu compte après la signature du contrat que les canalisations devaient être totalement refaites, et non juste réhabilitées, selon la presse algérienne.

Construite en 1964, la raffinerie d’Alger produit 2,7 millions de tonnes de pétrole par an.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici