Fermer

Tunisie : palmarès arabe pour la 27e édition des Journées cinématographiques de Carthage

La remise des prix des JCC à Carthage lors de la 26e édition, le 11 novembre 2016. © JCC

Le rideau est tombé sur la 27e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui ont eu lieu à Tunis du 28 octobre au 5 novembre. La part du lion du palmarès est allée aux films arabes à connotation politique et sociale, au détriment du cinéma subsaharien qui fut sous-représenté et mal sélectionné, de l’avis du président du jury, le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako.

Au Palais des congrès aménagé pour la soirée de clôture, l’assistance fut nombreuse mais l’ambiance tiède. Les remerciements des lauréats sont allés le plus souvent à leur papa et maman qui leur ont permis de faire du cinéma, les flashs ont crépité, les primés sont redescendus de la tribune en serrant sur leur cœur leur trophée. Pas de pleurs, pas d’évanouissements, pas de discours édifiants.

Bref, de l’ennui. Raison pour laquelle la salle – remplie d’officiels et de bourgeoises en décolleté – s’est levée pour partir alors que Kaouthar Ben Hania qui venait pourtant de décrocher la plus grande distinction du festival, le Tanit d’or, entamait son speech.

À la sortie, tout le monde fut d’accord sur une chose : le seul gagnant de cette session fut le public tunisien qui, pendant huit jours, a rempli avec enthousiasme et ferveur les salles de projection. Des jeunes pour la plupart. Les mêmes qu’on voyait, ce soir du 5 novembre, confinés derrières les barrières, à regarder passer les stars…

Prix de la Compétition officielle

Tanit d’or : « Zeineb n’aime pas la neige » de Kaouthar Ben Hania (Tunisie)

Tanit d’argent : « Clash » de Mohamed Diab (Egypte)

Tanit de bronze : « 3000 nuits » de Mai Masri (Palestine)

Grand prix spécial du jury : « The revolution won’t be televised » de Rama Thiaw (Sénégal)

Meilleur scénario : « 3000 nuits » de Mai Masri (Palestine)

Meilleur montage : « Clash » de Ahmed Diab (Egypte)

Courts métrages

Tanit d’or du court métrage : « Marabout » de Alassane Sy (Sénégal)

Tanit d’argent : « Silence » de Chadi Aoun (Liban)

Tanit de Bronze : « A Place for my self » de Marie Clémentine (Rwanda)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici