Fermer

Fusions-acquisitions : l’Afrique du Nord prend du galon

Travaux dans la ville de Casablanca. Le 3 septembre 2012. © Hassan Ouazzani pour Jeune Afrique

Durant le premier semestre 2016, l'Afrique du Nord a raflé environ la moitié des opérations de fusions-acquisitions réalisées dans la zone MENA, confirmant la montée en puissance de cette région face aux pays du Golfe.

Selon les données compilées par le cabinet de conseil américain A.T. Kearney, et rendues publiques fin octobre, durant la première moitié de cette année, environ 160 opérations de fusion-acquisitions ont été enregistrées dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (+14 % par rapport au second semestre 2015). C’est le volume de transaction le plus élevé depuis 2013 dans cette zone.

Environ la moitié de ces transactions (47 %) dans la région MENA a concerné cette zone, c’est le niveau le plus élevé constaté en trois ans. C’est deux points de plus qu’au second semestre 2015, et plus du double des 22 % enregistrés au premier semestre 2013.

Malgré cette hausse du nombre de transactions, le volume total des transactions publiées est en très net recul, à 5,8 milliards de dollars, soit une baisse semestrielle de -32 % et le plus faible niveau enregistré en trois ans [les montants de plus de 30 % des transactions restent confidentiels].

En dépit de la baisse des montants totaux, l’Afrique du Nord arrive à conserver sa part des transactions, avec 29 % de la valeur total des transactions au 1er semestre 2016, contre 27 % au second semestre 2015 et à peine 20 % au premier semestre 2013.

Baisse de la valeur des transactions

« La combinaison de prévisions financières et l’augmentation du risque ont affecté l’évaluation des cibles et contribuent à expliquer la baisse de la valeur des transactions », écrivent les analystes de A.T. Kerney.

Parmi les transactions qui ont marqué la première moitié de l’année figurent le rachat par l’allemand Allianz de la filiale marocaine Zurich Assurances pour 244 millions d’euros, ou encore l’acquisition pour 340 millions de dollars d’Emerging Markets Payments par le dubaïote Network International.

Plus forte performance depuis 2013

Dans cette course à la performance, l’Afrique du Nord gagne des galons. « L’Afrique du Nord a été une zone active, accueillant de plus en plus de fusions et acquisitions depuis 2013 », note le rapport de A.T. Kearney.

La moitié des transactions dans cette sous-région sont réalisées par des acteurs nord-africains, suivis des européens (Royaume-Uni, France et Malte), tandis que les investisseurs du Moyen-Orient ne participent qu’à environ 10% des transactions. L’Égypte et le Maroc ont été parmi les leaders de la sous-région au premier semestre 2016, avec 28 % et 10 % des transactions.

Ces estimations rejoignent, par ailleurs, celles de l’African Private Equity and Venture Capital Association Limited (AVCA). Dans un rapport publié également fin octobre, cette association spécialisée note également « la bonne performance du Maroc et de l’Égypte qui, avec la Tunisie, représentent 95 % des opérations de capital-investissement en Afrique du Nord », souligne Ponmile Osibo, responsable de la recherche et de la formation au sein d’AVCA.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici