Fermer

Maroc : une vingtaine d’arrestations pour violences à l’issue d’un match de football

Par Jeune Afrique

Des supporters du Raja lors d'un match opposant leur club au FC Monterrey en 2013. © Matthias Schrader/AP/SIPA

Le hooliganisme a encore frappé. Cette fois-ci à Tanger, où les supporters du club local sont entrés en confrontation avec ceux d'une équipe adverse. Bilan : 8 blessés et 23 arrestations.

Huit policiers ont été blessés et 23 personnes arrêtées à Tanger au nord du Maroc au cours de violences qui ont éclaté le mercredi 2 novembre à l’issue d’un match de football et provoqué de nombreux dégâts, a annoncé, jeudi 3 novembre, le ministère de l’Intérieur.

Sept véhicules de police et 12 voitures de particuliers ont aussi été endommagées, selon un communiqué du ministère.

Neuf mineurs figurent parmi les 23 personnes arrêtées au cours des violences et placées en garde à vue en attendant les résultats de l’enquête, précise dans ce texte la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). La presse locale a fait état de dizaines de blessés et de graves dommages. Des commerces voisins ont été vandalisés et la façade de verre d’un local de presse a été brisée.

Un triste rituel

Les incidents ont éclaté à l’issue de la demi-finale de la Coupe du Trône entre l’Ittihad de Tanger et le Moghreb de Fès, au Grand Stade de Tanger. Le match s’est soldé par un match nul (1-1), mais l’équipe de Tanger a été éliminée.

Au coup de sifflet final, des affrontements ont débuté dans le stade entre supporters des deux équipes, a indiqué à l’AFP un témoin, journaliste tangérois. Des supporters de l’équipe de Tanger ont tenté de s’en prendre à ceux de l’équipe adverse dans les gradins, mais en ont été empêchés par les forces de l’ordre. Les violences se sont poursuivies aux abords du stade, où plusieurs véhicules ont été caillassés ou retournés, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux.

Le Maroc a déjà connu des événements meurtriers dus aux violences aux abords des stades, dont le dernier a eu lieu le 19 mars à Casablanca à l’issue d’un match opposant le club du Raja à l’équipe du Chabab Rif Al Hoceima, faisant 2 morts et 54 blessés.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici