Fermer

Côte d’Ivoire : les élections législatives auront lieu le 18 décembre

Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, à Abidjan, le 25 mars 2015. © Olivier / J.A.

Les 250 députés de l'Assemblée nationale ivoirienne, présidée par Guillaume Soro, verront leurs mandats remis en jeu le 18 décembre prochain, a confirmé jeudi le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné.

« Le conseil [des ministres] a adopté un décret portant convocation des collèges électoraux pour l’élection des députés le 18 décembre 2016 », a annoncé jeudi 3 novembre le porte-parole du gouvernement après ledit conseil.

« Les élections législatives auront lieu le 18 décembre, en un tour à la majorité relative », a précisé Bruno KonéLes bureaux de vote ouvriront à 8h et fermeront à 18h, a-t-il ajouté.

Plus de 6,4 millions d’électeurs – 3 259 270 d’hommes et 3 180 606 de femmes – seront à nouveau appelés aux urnes, selon la liste électorale remise fin août aux partis par la Commission électorale indépendante (CEI).

Élaboration des têtes de listes

Cette officialisation était très attendue : l’opposition ivoirienne s’était récemment inquiétée de l’absence de calendrier électoral concernant les élections législatives. En 2011, celles-ci avaient par ailleurs été massivement remportées par la coalition au pouvoir.

L’opposition, qui a boycotté le référendum du dimanche 30 octobre sur le projet de nouvelle Constitution, devrait en revanche être présente en décembre pour ces élections. Reste désormais à organiser leurs troupes. « Il faut se mettre d’accord pour aller ensemble aux législatives, en mettant de côté les désaccords », déclarait récemment à Jeune Afrique Pascal Affi N’Guessan, le patron du FPI, parti scindé en deux tendances. 

L’élaboration des têtes de listes pourrait également susciter quelques remous au sein de la coalition au pouvoir. Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié et le Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara pourraient en effet envisager des candidatures communes sous la bannière du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix, (RHDP, coalition au pouvoir). Au risque de froisser certains de leurs cadres, peu enclins à laisser leur place à un autre candidat.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici