Fermer

Sous pression, l’Égypte dévalue sa monnaie

Par Jeune Afrique - avec agences

Devant la banque centrale du Caire jeudi 3 novembre 2016. © Amr Nabil/AP/SIPA

L'Égypte a décidé ce jeudi de laisser flotter sa devise pour répondre à une crise monétaire aiguë qui affecte son économie et menace de relancer l'instabilité politique, plus de cinq ans après la révolution de 2011.

La banque centrale égyptienne a dévalué ce jeudi 03 novembre la livre égyptienne de 47,7 %, faisant passer la valeur de la monnaie nationale amarrée au dollar au taux de 8,8 unités pour un billet vert depuis mars 2016, à 13 livres égyptiennes pour un dollar. Elle a aussi annoncé le passage à un régime de change flottant.

« La Banque centrale annonce sa décision, avec effet immédiat, de passer à un régime de change libéralisé pour contrer toute distorsion sur le marché national d’échange des devises étrangères », a fait savoir la banque centrale dans un communiqué.

Plusieurs banques commerciales interrogées par Reuters ont indiqué avoir été informées qu’elles seraient autorisées à échanger dans une bande de +10 % à -10 % dans un premier temps jusqu’à 13h (heure locale), puis ce serpent monétaire devait être levé.

La politique d’austérité inclut des réformes comme la réduction des subventions publiques et l’imposition d’une nouvelle TVA.

La décision de la banque centrale égyptienne (BCE) s’inscrit dans le cadre d’un ensemble de réformes liées à l’obtention d’un prêt du FMI de 12 milliards de dollars (11 milliards d’euros) sur trois ans pour soutenir l’économie égyptienne. La politique d’austérité, condition de l’obtention du prêt, inclut des réformes comme la réduction des subventions publiques et l’imposition d’une nouvelle TVA. La banque centrale a également annoncé jeudi une hausse de trois points des taux d’intérêt, à 14,75 %, indique également l’AFP.

La banque centrale a expliqué que la « libéralisation » du taux de change faisait « partie d’un ensemble plus large de réformes qui assureront la stabilité macroéconomique ». L’Égypte a vu ses réserves de dollars fondre ces dernières années, à 19,6 milliards en septembre, soit 50 % de moins qu’en 2011, avant la révolution ayant provoqué la chute du Président Hosni Moubarak.

Une grande partie de ces sommes a servi à soutenir la livre égyptienne face au billet vert, avec des dévaluations occasionnelles.

Pénuries et hausse des prix

Cela a eu pour conséquence d’entraîner une chute du tourisme et des investissements, et a tiré la monnaie vers le bas. La pénurie de dollars affecte la capacité des importateurs à faire entrer dans le pays les matières premières ou les produits alimentaires de première nécessité. Ainsi, le pays a dû faire face ces derniers mois à des pénuries de sucre, de riz, d’huile, de lait ou encore de médicaments.

Autre conséquence de la chute de la monnaie, la hausse des prix : en août, le taux d’inflation a atteint son plus haut point mensuel à +15,5 % avant de retomber à +14,1 % en septembre, selon les données de l’agence nationale de la statistique Capmas.

Sur le marché parallèle, la livre est tombée à 18 livres pour un dollar avant de reprendre un peu de souffle à 13 livres pour un dollar — un taux sur lequel la banque centrale s’est alignée ce jeudi.

L’économie égyptienne est attendue en croissance de 3,5 % sur l’exercice fiscal 2016-2017, en dessous des 5 % escomptés par le gouvernement selon un sondage de Reuters conduit le 20 octobre auprès de 17 analystes. Elle était de 4,2 % sur l’exercice précédent clos en juin.

Plusieurs dévaluations ont déjà eu lieu précédemment − la dernière en mars −, mais aucune n’a pu enrailler la pénurie de devises étrangères.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici