Fermer

Bénin : toujours en garde à vue, Sébastien Ajavon dit rester confiant

Par Jeune Afrique

Sébastien Ajavon lors du meeting du 3 janvier à Cotonou. © DR

Le patron des patrons béninois, Sébastien Ajavon, a passé ce mercredi une sixième nuit en détention à la gendarmerie de Cotonou. L'homme d'affaires a été arrêté vendredi après la découverte de 18 kilos de cocaïne dans un conteneur destiné à sa société, selon la police.

« Je suis toujours à la Compagnie de la gendarmerie de Cotonou. Je reste serein et confiant », a écrit l’empereur du poulet sur sa page Facebook mercredi soir, après avoir remercié les soutiens engrangés ces derniers jours.

À commencer par celui du Conseil national du patronat du Bénin, une instance précisément dirigée par Sébastien Ajavon. « Le comité directeur apporte tout son soutien au président Sébastien Germain Ajavon, lui réitère toute sa confiance, l’assure de la certitude de son intégrité, de sa probité et de son honnêteté », écrit le communiqué daté du 2 novembre.

Ajavon victime d’une « main invisible »

Ce texte, signé par Régis Facia, numéro 2 du syndicat patronal, dénonce comme Sébastien Avajon l’intervention d’une « main invisible » ayant aboutit à son interpellation, aux côtés de trois employés de sa société Comon-SA vendredi 28 octobre.

Ses avocats dénoncent pour leur part « une détention arbitraire » et de nombreux vices de procédure, reprochant à la justice de ne pas avoir notifié les charges pensant à l’encontre du troisième homme de la présidentielle.

Sébastien Ajavon avait recueilli 22% des voix lors de la présidentielle de mars 2016 avant de se rallier à la candidature de l’actuel président béninois, Patrice Talon, autre homme d’affaires ayant quant à lui prospéré dans le coton.

Jusqu’à huit jours de garde à vue 

« En raison des besoins de l’enquête, des mesures de placement en garde à vue ont été prononcées et ont dû être prorogées à l’encontre des personnes mises en cause », avait pour sa part expliqué lundi soir à la presse Badirou Lawani, procureur de la République du tribunal de première instance de Cotonou.

Sébastien Ajavon pourrait encore rester jusqu’à samedi 5 novembre en détention. Selon la loi béninoise, la garde à vue peut durer jusqu’à huit jours pour une affaire de trafic de drogue.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici