Fermer

Maroc : le coup de billard à trois bandes d’Hassan Ouriagli

Par - à Casablanca

Wafa Assurance Vie Cmaeroun pourra compter sur le réseau de SCB Cameroun, filiale bancaire locale de sa maison-mère. © DR

La SNI, dirigé par Hassan Ouriagli, acquiert la moitié de Wafa Assurance. Une opération bénéfique pour le holding royal marocain, mais également pour sa filiale, Attijariwafa Bank, et pour le numéro deux marocain de l'assurance. Décryptage.

Attijariwafa Bank (ATW), premier groupe bancaire du Maroc (41,42 milliards de dollars d’actifs en 2015), et sa maison mère, la SNI, le holding de la famille royale, deviennent co-actionnaires, à parts égales, de Wafa Assurance.

« L’opération sera réalisée par la prise de participation de la SNI à hauteur de 50 % dans le capital du holding OGM qui détient 79,29 % de Wafa Assurance », indique un communiqué d’Attijariwafa. Le groupe bancaire, dont le PDG est Mohamed El Kettani, contrôlait seul jusque-là le deuxième assureur du royaume (646 millions de dollars de revenus).

« La SNI fait d’une pierre trois coups ! », décrypte une source proche du holding dirigé depuis septembre 2014 par Hassan Ouriagli.

Pour financer cette prise de participation directe dans Wafa Assurance (dirigé par Ali Harraj), la SNI devrait recourir de nouveau au marché financier, après une longue période de désendettement.

Le holding devra également investir davantage dans ces deux filiales : «  Attijariwafa Bank comme Wafa Assurance devront à terme, opérer des augmentations de capital pour poursuivre leur développement africain », explique notre analyste. SNI détient environ 48 % d’Attijariwafa Bank. Le holding royal a renoncé, début 2016, à réduire cette participation.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici