Fermer

Présidentielle américaine : Trump remonte dans les sondages et talonne Clinton

Par Jeune Afrique avec AFP

Hillary Clinton et Donald Trump lors du second débat pour la présidentielle américaine le 9 octobre 2016 à Washington. © Rick T. Wilking/AP/SIPA

À moins d'une semaine de l'élection présidentielle américaine, un sondage donnant vainqueur Donald Trump inquiète ce mercredi les marchés. De son côté, Barack Obama redouble d'efforts pour soutenir Hillary Clinton.

L’écart entre les deux candidats à la Maison Blanche se réduit, à en croire les dernières enquêtes d’opinion. Pour la première fois depuis le mois de mai, un sondage ABC-Washington Post donne en effet le candidat républicain en tête, avec 46% des intentions de vote, contre 45% à Hillary Clinton.

Les autres enquêtes d’opinion publique donnent toujours l’avantage à la Démocrate, mais l’écart ne cesse de se creuser malgré les polémiques concernant le candidat républicain. La moyenne établie par le site Real Clear Politics ne place plus Hillary Clinton qu’à 1,7 point devant son adversaire (47,2% contre 45,5%) au niveau national.

Trump confiant

Conséquence : Donald Trump, qui disait récemment ne plus croire aux sondages, cite de nouveau ces derniers pour affirmer qu’ils sont « en hausse un peu partout ». « Nous allons regagner la Maison Blanche », a-t-il assuré mardi lors d’étapes dans deux États historiquement démocrates, la Pennsylvanie et le Wisconsin, espérant y arracher une improbable victoire pour se frayer un chemin jusqu’à Washington.

Autre conséquence à l’annonce de ces dernières enquêtes d’opinion : les principales bourses européennes ont ouvert en baisse mercredi, dans le sillage des clôtures en repli de Wall Street mardi (-0,7%), puis de Tokyo (-1,76%) Hong Kong (-1,45%) mercredi, craignant une victoire de Donald Trump, synonyme pour elles de grandes incertitudes politiques et économiques.

L’affaire des e-mails relance la campagne

Cause de ce revirement : la réouverture surprise par le FBI de l’affaire des e-mails de Hillary Clinton le week-end dernier. Provoquant un choc dans une campagne hors normes, le directeur du FBI, James Comey, a annoncé vendredi dans un bref courrier au Congrès, la découverte de nouveaux courriels qui pourraient être liés à Hillary Clinton du temps où elle pilotait la diplomatie américaine, de 2009 à 2013.

Selon la presse américaine, des milliers d’e-mails du département d’État ont été récemment retrouvés sur un ordinateur portable ayant appartenu à un ancien élu démocrate de la Chambre des représentants, Anthony Weiner, le mari d’une très proche collaboratrice de Hillary Clinton, Huma Abedin. Ces courriers électroniques pourraient contenir des informations confidentielles voire classées secret défense.

Barack Obama en chauffeur de salle

Face à l’onde de choc provoquée par ces nouvelles révélations, Barack Obama, fort d’une cote de popularité de fin de mandat à faire pâlir bon nombre de dirigeants internationaux (54% selon la dernière moyenne hebdomadaire de Gallup) entend peser de tout son poids en faveur de sa candidate.

« Personne n’a jamais autant été préparé pour devenir le prochain président des États-Unis », a-t-il dernièrement écrit sur son compte Twitter officel, qu’il devra bientôt céder.

« Je vous demande de faire pour Hillary Clinton ce que vous avez fait pour moi », lançait le président démocrate fin juillet lors de la convention démocrate à Philadelphie. Il sera mercredi à Raleigh (Caroline du Nord), jeudi à Miami puis Jacksonville (Floride), vendredi à Charlotte (Caroline du Nord) pour vanter à nouveau les qualités de celle qu’il avait affrontée aux primaires démocrates en 2008.

Clinton réplique 

Si Hillary Clinton pensait dans les derniers jours développer un message rassembleur après une campagne particulièrement offensive qui a heurté et divisé les Américains, l’annonce du FBI a changé le cap de la candidate, qui se livre à des attaques tous azimuts contre Trump.

Lors d’un meeting à Dade City, en Floride, elle a été présentée par Alicia Machado, ex-Miss Univers 1996 à l’époque humiliée par Donald Trump pour avoir grossi. « Il a passé sa vie à dénigrer, dégrader, insulter et agresser les femmes », a déclaré la candidate, mettant en garde contre un candidat qui « insulte plus de la moitié de la population ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici