Fermer

Niger : des affrontements entre agriculteurs et éleveurs font au moins 18 morts

Par Jeune Afrique avec AFP

Des fermiers dans un village près de Diffa, le 26 mai 2015 au Niger. © ISSOUF SANOGO/AFP

Le bilan est dramatique : selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, au moins 18 personnes ont été tuées et 43 autres blessées ce mardi au Niger, dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs près de Bangui, une localité de la région de Tahoua, dans l'ouest du pays.

« Cette bagarre s’est soldée par un bilan tragique de 18 morts, 43 blessés et plusieurs maisons incendiées », selon le communiqué. « Le calme est revenu » grâce « au déploiement des forces de défense et de sécurité », et « des patrouilles pour assurer la sécurité des biens et des personnes », a encore précisé le ministère de l’Intérieur.

Niamey a annoncé l’ouverture « d’enquêtes », assurant que « tous les coupables » de « ces actes atroces » seront « arrêtés et poursuivis en justice ».

Beaucoup d’enfants et de femmes parmi les morts

Les affrontements « à l’arme blanche ont éclaté dans la matinée, lorsqu’un troupeau de bovins appartenant à un éleveur a dévasté un champ de céréales », selon des déclarations au téléphone d’un élu local, qui parlait à l’AFP sous couvert de l’anonymat.

« C’est la mort du propriétaire du champ, dans une première altercation, qui a mis le feu au poudre », a-t-il encore précisé, déplorant « un nombre important d’enfants et de femmes parmi les morts ». « Les affrontements étaient d’une rare violence, c’était très barbare », s’est indigné cet élu.

Conflits récurrents 

Les conflits entre les agriculteurs et éleveurs sont récurrents au Niger, notamment pendant la période des récoltes qui coïncide également avec les mouvements du bétail vers les grandes aires de pâturage. La situation est d’autant plus tendue que le pays est frappé par la sécheresse, provoquant de graves crises alimentaires.

En novembre 2014, dix personnes avaient ainsi été tuées et treize autres blessées lors d’une bagarre entre éleveurs Peuls et agriculteurs haoussa près de Birni-N’koni, dans la même région de Tahoua.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici