Fermer

30 000 réfugiés sud-soudanais transférés dans le nord-est de la RD Congo

Par Jeune Afrique avec AFP

Des enfants sud-soudanais dans un camp de réfugiés à Djouba en juillet 2016. © Isaac Billy/AP/SIPA

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé ce mardi avoir commencé à convoyer près de 30 000 réfugiés sud-soudanais vers la région de l'Ituri, dans le nord-est de la RDC.

« En coopération avec les autorités, le HCR a commencé à transporter les réfugiés » sud-soudanais » à bord des bus vers le site de Biringi, près de la ville d’Aru », précise un communiqué de l’agence onusienne.

« Les réfugiés sont éparpillés le long de la frontière sur une bande de plusieurs centaines de km » et les transporter « vers des zones éloignées de la frontière est un énorme défi », dans une région où la plupart des routes sont en très mauvais état, note le HCR.

Encourager les réfugiés à « devenir autosuffisants »

Objectif de cette relocalisation : ne pas créer de camps pour les réfugiés sud-soudanais en RDC mais encourager « les réfugiés à devenir autosuffisants, en vivant aux côtés des populations locales », ajoute le communiqué.

Selon Berthe Zinga, coordinatrice de la Commission nationale des réfugiés, la relocalisation se fait « vers trois sites principalement » et prendra « deux semaines » pour les 27 250 réfugiés concernés par cette opération.

60 000 réfugiés sud-soudanais accueillis en RDC 

Le HCR note que les besoins humanitaires sont énormes le long de la frontière avec le Soudan du Sud, et en particulier dans la province de l’Ituri qui fait face à l’afflux le plus important de réfugiés sud-soudanais. Dans certains villages, les nouveaux arrivants sont ainsi plus nombreux que la population locale.

La RDC accueille actuellement plus de 60 000 réfugiés du Soudan du Sud. La majorité d’entre eux sont arrivés depuis juillet 2016, selon l’ONU, qui ajoute que beaucoup de ces civils déclarent fuir le conflit dans la région de Yei au Soudan du Sud.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici