Fermer

Liban : Michel Aoun élu Président après plus de deux ans de vide institutionnel

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ancien général, Michel Aoun, annonçant à la presse le soutien du clan Hariri en vue de son élection en tant que prséidnet du Liban le 20 octobre 2016. © Hussein Malla/AP/SIPA

L'ancien général chrétien a été élu par le Parlement libanais ce lundi. Son accès au pouvoir est le résultat d'un compromis entre les chrétiens, le Hezbollah, et le clan Hariri.

L’ex-général chrétien Michel Aoun, âgé de 81 ans, a été élu, lundi 31 octobre, président du Liban par un vote du Parlement qui met fin à un vide institutionnel de 29 moisIl a été élu par 83 des 127 députés présents, a annoncé le président de la Chambre des députés Nabih Berri. 36 ont voté blanc tandis que 8 bulletins ont été déclarés nuls.

M. Aoun a été élu au second tour, faute d’avoir obtenu les deux tiers des voix au premier.

Institutions paralysées

Le Liban n’avait plus de Président depuis mai 2014, en raison des profondes divergences qui paralysaient la vie politique, notamment à cause du conflit ravageant la Syrie voisine.

Le nouveau Président, 81 ans, a prêté serment avant de rejoindre pour six ans non renouvelables le palais présidentiel de Baabda, d’où il avait été chassé il y a 26 ans par l’armée syrienne. Il devient le troisième général à accéder à la magistrature suprême. Son élection a été possible grâce à un accord entre le Hezbollah libanais, les chrétiens et le clan de Saâd Hariri. 

« Je jure devant Dieu, que je respecterai la Constitution et ses lois et que je préserverai l’indépendance de la nation libanaise et la paix sur sa terre », a déclaré M. Aoun devant les députés.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici