Séoul promet 5 milliards de dollars pour l’Afrique

Par - Envoyé spécial à Séoul

Akinwemi Adesina à l'ouverture de la conférence Koafec 2016. © BAD

La Corée du Sud, qui est sortie de la pauvreté en deux décennies, veut accroître les relations économiques et la coopération avec le continent, a annoncé le ministre de la stratégie et de la finance sud-coréen à l'occasion de la Koafec (Korea-Africa economic cooperation) qui se tient à Séoul du 24 au 27 octobre. Ces nouveaux engagements, qui pourraient être doublés à moyen terme, portent sur les années 2017 et 2018.

C’est devant les représentants d’une quarantaine de pays africains et quelques centaines de participants à la conférence ministérielle Koafec (Korea-Africa economic cooperation) que Yoo Il-Ho a annoncé l’intention de la Corée du Sud de consacrer 5 milliards de dollars à des projets en Afrique. Ce montant sera financé sur la période 2017-2018, selon le ministre de la stratégie et de la finance ayant ajouté que dix milliards pourraient suivre à moyen-terme. 

Plusieurs projets d’ores et déjà signés

“Nous avons décidé d’accroître nos relations de partenariats avec l’Afrique”, a sobrement indiqué Yoo Il-Ho. La cérémonie qui s’est tenue le 25 octobre à Séoul a permis d’annoncer quelques projets concrets, pour lesquels des lettres d’intention ont été signées à hauteur de 160 millions de dollars : ressources forestières en Ouganda, eau au Kenya, réseau électrique en Tanzanie, parc intégré en Éthiopie. Un projet de 110 millions de dollars, lié à l’oncologie, a aussi été évoqué pour la Côte d’Ivoire.

L’édition 2016 de la Koafec, co-organisée par la Corée du Sud et la Banque africaine de développement (BAD), a également été l’occasion de reconstituer le fonds Koafec avec 18 millions de dollars. “Ce fonds, le plus important fonds bilatéral à la BAD, financera des actions de coopération technique mais aussi des actions de formation en matière de ressources humaines”, a insisté Akinwumi Adesina, président de la BAD.

100 millions de dollars à Afreximbank

Lee Duk-Hoon, président de la Korea Exim-Bank, a également indiqué avoir signé une lettre de financement de 100 millions de dollars avec l’Afreximbank, la banque du financement du commerce en Afrique.

Tant la BAD que Séoul ont insisté sur le caractère pragmatique de leurs relations, Akinwumi Adesina comme Yoo Il-Ho rappelant que la Corée du Sud est passée du statut de pays parmi les plus pauvres au monde au début des années 50 à celui de onzième économie mondiale aujourd’hui.