Fermer

Centrafrique : 4 civils tués, 14 blessés dont 5 Casques bleus

Par Jeune Afrique avec AFP

Des soldats rwandais de la force de l'ONU (Minusca) en patrouille dans un marché de Bangui, le 14 septembre 2015, en Centrafrique. © Edouard Dropsy/AFP

Quatre civils ont été tués et 14 personnes blessées, dont cinq Casques bleus ce lundi à Bangui. Un collectif de la société civile avait appelé à une journée « ville morte » pour demander le retrait de la Minusca de Centrafrique.

La Minusca est intervenue « dès les premières heures de ce lundi à Bangui pour démanteler les barricades érigées par des manifestants hostiles », indique un communiqué de la force onusienne daté du lundi 24 octobre. « La Minusca dénonce avec fermeté les incidents qui ont touché certains quartiers de la capitale et déplore qu’ils aient entraîné la mort de quatre civils et blessé 14 personnes, dont cinq Casques bleus. »

Un collectif de la société civile avait appelé à une journée « ville morte » dans la capitale centrafricaine, pour demander le retrait de la force de l’ONU, accusée de passivité face aux violences dans le pays. Des violences qui ont entraîné la mort de plusieurs dizaines de civils depuis le début du mois d’octobre.

« La Minusca pense que les événements de lundi sont une nouvelle tentative des ennemis de la paix pour perturber le retour à la normalité constitutionnelle », a ajouté la mission onusienne.

Manipulation politique selon le gouvernement

Selon l’agence de presse Reuters, le porte-parole du gouvernement, Théodore Jousseau, a quant à lui imputé ces violences à des responsables politiques qui cherchent à déstabiliser le gouvernement en manipulant la population.

Un journaliste de Reuters a témoigné avoir vu des manifestants brandissant des pancartes anti-ONU, lançant des pierres et scandant des slogans hostiles aux Casques bleus, qui sont 13 000 en Centrafrique.

Ceux-ci auraient riposté par des tirs de sommation. Une fusillade aurait ensuite opposé les soldats des Nations unies à des individus en armes, près du cortège des manifestants.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro