Fermer

Transfert de fonds : WorldRemit s’associe à MTN au Cameroun

Par - à Yaoundé

La plateforme WorldRemit enregistre 400 000 transactions mensuelles. © WorldRemit Comms/Flickr

La diaspora camerounaise pourra désormais, grâce au spécialiste britannique des transferts de fonds en ligne, envoyer de l’argent vers les portefeuilles électroniques de la filiale camerounaise du groupe sud-africain de télécommunication.

La start-up britannique WorldRemit a annoncé le 20 octobre le lancement de son partenariat avec MTN Cameroon en vue de faciliter le transfert d’argent de la diaspora camerounaise vers les portefeuilles électroniques MTN Mobile Money.

Le spécialiste des transferts de fonds en ligne, qui enregistre 11 000 opérations mensuelles à destination du Cameroun, scelle ainsi sa deuxième alliance dans le pays, après celle conclue récemment avec Express Union, également dédiée au transfert d’argent.

Avec 2,6 millions de Camerounais utilisateurs de son service de portefeuilles électroniques, MTN Cameroon devient la sixième filiale du groupe sud-africain à s’allier à WorldRemit, après les partenariats successifs noués avec les succursales ivoirienne, ougandaise, ghanéenne, zambienne et rwandaise.

Essor des transferts de fonds

L’activité de transfert de fonds en provenance de la diaspora est en plein essor. La Banque mondiale estime que le Cameroun a reçu 148 millions de dollars par ce canal en 2010, une somme qui a donc pratiquement doublé depuis 2003, quand le pays en recevait 76 millions.

Lancée en 2010, WorldRemit a levé environ 145 millions de dollars au cours des deux dernières années notamment auprès d’investisseurs spécialisés tels que Accel Partners et Technology Crossover Ventures, qui comptent des participations dans des fleurons de la nouvelle économie numérique (Facebook, Spotify, Netflix…).

La plateforme enregistre 400 000 transactions mensuelles, dont un quart est destiné à des comptes de mobile money, une proportion qui atteint 50 % dans le cas des transferts à destination de l’Afrique. Elle compte également des bureaux aux États-Unis, au Canada, au Japon, en Australie ainsi qu’en Nouvelle-Zélande et couvre au total une cinquantaine de pays à travers le monde.