Kenya : début des travaux d’extension de la ligne Mombasa-Nairobi

Par Jeune Afrique

Trains de la ligne ferroviaire entre Djibouti et Addis-Abeba. © Elias Meseret/AP/SIPA

Le Kenya a lancé officiellement ce mercredi les travaux d'extension et de modernisation de la ligne reliant Nairobi et Mombasa. Ces travaux doivent dans un premier temps rallier la ville de Naivasha, dans la vallée du Rift, avant à terme de s'étendre jusqu'en Ouganda et au Soudan du sud.

Le Kenya a donné officiellement ce mercredi 19 octobre le coup d’envoi d’un méga-projet de chemin de fer, dont la construction a requis un prêt de 1,5 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) de la banque chinoise d’import-export, China Eximbank.

Ce projet vise à prolonger la nouvelle ligne de chemin de fer en cours de construction entre Mombasa, sur les bords de l’océan Indien, et Nairobi. L’extension doit dans un premier temps s’étendre jusqu’à Naivasha, dans la vallée du Rift, à près de 80 kilomètres au nord-ouest de la capitale kényane. Ce tronçon reliera Nairobi et démarrera ses activités de fret au milieu de l’année 2017.

Développement commercial

Seule une vieille ligne héritée de la colonisation britannique relie aujourd’hui Nairobi à Mombasa, et les trains mettent une dizaine d’heures pour parcourir les 450 kilomètres qui séparent les deux principales villes kényanes. La nouvelle ligne devrait permettre de franchir cette distance en moitié moins de temps. Le coût de ce chemin de fer, dont la finalisation n’est pas attendue avant 2018, est estimé à 10 milliards d’euros.

Une fois achevés, ces travaux réalisés par China Road and Bridge Corporation, « ne vont pas seulement développer nos entreprises mais également créer des emplois », s’est félicité le président kényan Uhuru Kenyatta dans un communiqué repris par l’agence Reuters.

Le Kenya a par ailleurs conclu en mars dernier un méga-contrat de 5,4 milliards de dollars avec China Communications Construction Company (CCCC) qui porte sur l’extension de la ligne de chemin de fer partant de la ville de Naivasha à Malaba, à proximité de la frontière ougandaise.

Le but à terme consiste à étendre cette ligne à d’autres pays plus enclavés tels que l’Ouganda voisin puis Kigali, au Rwanda, et potentiellement jusqu’à Djouba au Soudan du Sud, soit un total de 2900 kilomètres. L’objectif poursuivi par ses constructeurs est de diminuer les coûts du transport et développer les échanges commerciaux en modernisant les voies. Le coût de ce chemin de fer, dont la finalisation n’est pas attendue avant 2018, est estimé à 10 milliards d’euros. Le projet avait été initié par le président kényan Uhuru Kenyatta en novembre 2013.