Fermer

Le Cameroun lève 165 milliards de francs CFA

Par - à Yaoundé

Vue de Yaoundé, Cameroun. © CIFOR/ Creative commons/Flickr/

Le Cameroun a vu son quatrième emprunt obligataire sur le marché local depuis 2010 dépasser les espérances. La levée de fonds a été sursouscrite à hauteur de 173,1 milliards de francs CFA (115,43%), alors que l’émetteur sollicitait initialement 160 milliards de francs CFA, dans le cadre de l’opération "ECMR 5,5% net 2016-2021". L'État camerounais a finalement retenu la somme de 165 milliards de francs CFA (251 millions d'euros).

Le gouvernement camerounais se frotte les mains après le dépouillement le 14 octobre des souscriptions de son quatrième emprunt obligataire. Alors qu’il sollicitait initialement 160 milliards de francs CFA (240 millions d’euros), l’opération baptisée « ECMR 5,5% net 2016-2021 » a permis de collecter 173,1 milliards de francs CFA entre le 27 septembre et le 12 octobre.

Soit une sursouscription de 115,43%, selon un communiqué du consortium arrangeur composé d’Afriland First Bank Cameroun, de la Société générale Cameroun et d’Ecobank Development Corporation (EDC), la banque d’affaires du groupe du groupe panafricain. Cependant, l’émetteur, c’est-à-dire l’État camerounais, « a finalement décidé de valider le montant de 165 milliards de francs CFA » sur les 173 milliards de francs CFA récoltés, précise Louis Banga Ntolo, directeur général adjoint de Société Générale Cameroun.

Dans le détail, les personnes physiques et les investisseurs institutionnels ont souscrit respectivement pour 16,8 milliards et 43,8 milliards de francs CFA. Les banques ont apporté le reliquat qui comprend essentiellement la prise ferme de 112 milliards de francs CFA émanant du consortium chef de file auquel s’ajoutent la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (BICEC), la Banque gabonaise et française internationale (BGFI), le nigérian United Bank of Africa (UBA) et Commercial Bank Cameroon (CBC).

Par pays de résidence des souscripteurs, le Cameroun (154,8 milliards de francs CFA) arrive en tête, suivi du Congo (10,2 milliards de francs CFA) et de la Guinée équatoriale (8 milliards de francs CFA). Le Gabon, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, la France, le Japon et les États-Unis complètent le tableau.

Développement

Les montants mobilisés serviront à financer les programmes de relance de la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry) et de la Société de développement du coton (Sodecoton), filiale du français Geocoton.

Mais ils seront aussi alloués à des projets d’infrastructures, à l’instar de l’extension du port en eau profonde de Kribi, de l’autoroute reliant Yaoundé à l’aéroport international de Nsimalen, des barrages de Lom Pangar et Memve’ele et des corridors routiers Bamenda-Batibo-Numba et Bachuo-Akagbé-Mamfé-Ekok.

Depuis 2010, le Cameroun a mobilisé 430 milliards de francs CFA en recourant à trois appels publics à l’épargne sur le marché local. En 2015, le pays a levé 750 millions de dollars (462,67 milliards de francs CFA), émis au taux de 9,5 % pour une maturité de dix ans, dans le cadre de son premier eurobond. Selon le FMI, le Cameroun connaîtra un taux de croissance de 4,9% cette année et de 4,6% en 2017.

Le budget de l’État du Cameroun, tel que présenté en novembre 2015, s’élevait à 4234,7 milliards de F CFA .

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici