Fermer

Afrique du Sud : démission du patron de la société d’investissement des frères Gupta

Par Jeune Afrique

Le ministre des Finances sud-africain Pravin Gordhan, le 14 décembre à Pretoria. © AP/SIPA

Au lendemain de la publication d'une déclaration à la justice sud-africaine du ministre des Finances qui faisait état de quelque 500 millions de dollars de transferts suspects de plusieurs sociétés liées aux frères Gupta, ces riches industriels indiens proches du chef d'État sud-africain Jacob Zuma et suspectés de corruption, le patron de leur société d'investissement, Oakbay Investments, annonce sa démission lundi — officiellement pour des raisons de santé.

La démission du Nazeem Howa  — annoncée par Oakbay Investments et confirmée à Reuters — intervient après plusieurs semaines d’absence et alors que, entendu par la justice lors d’une audition dont le compte-rendu a été publié ce dimanche, le ministre des finances Pravin Gordhan a évoqué la somme de 6,8 milliards de rands (430 millions d’euros) de paiements suspects effectués depuis 2012 par les frères Gupta, Atul, Ajay et Rajesh – et dont on ne connaît pas le destinataire.

Lundi, Oakbay Investments avait annoncé passer en revue plusieurs des transferts mis en cause par le ministre. Nazeem Howa quitte ses fonctions de directeur exécutif d’Oakbay Investments et de directeur non-exécutif d’Oakbay Ressources & Energy, filiale notamment dédiée à l’extraction d’uranium.

Dans un communiqué cité par le quotidien sud-africain The New Age ainsi que sur le site web de la chaîne de télévision Ann7, qui appartiennent tous deux au groupe Gupta, il est indiqué que le directeur financier actuel de la société, Ronica Ragavan, devrait assurer l’intérim après le départ de Nazeem Howa. « Le temps de trouver un successeur permanent [à Nazeem Howa] », est-il également indiqué.

À la clôture de l’exercice 2015-2016, en février 2016, Le chiffre d’affaires de Oakbay Investments était de 2,62 milliards de rands, en progression de 7%, avait également fait savoir le groupe en septembre.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici