Fermer

Niger : une attaque contre la prison de Koutoukalé repoussée

Par Jeune Afrique avec AFP

Des militaires devant la prison centrale de Niamey, en 2013. © STR/AP/SIPA

La prison de Koutoukalé, à 50 km au nord-ouest de Niamey, où sont détenus des terroristes, a été attaquée tôt ce lundi par des hommes armés qui ont été repoussés.

« Des terroristes lourdement armés ont encore attaqué cette prison de haute sécurité. Ils n’ont pas pu s’approcher de la prison en raison de la fusillade qui a éclaté avec les militaires qui la gardent », a indiqué une source sécuritaire à l’AFP. L’attaque a eu lieu tôt, le lundi 17 octobre.

La prison de Koutoukalé est considérée comme la plus sûre du pays. C’est là que les autorités gardent les détenus les plus dangereux et notamment les éléments jihadistes des groupes sahéliens ou du groupe nigérian Boko Haram.

Pas une première

Le 30 octobre 2014, un groupe armé avait attaqué la prison de Ouallam, à 100 km au nord de Niamey, et libéré plusieurs détenus.

En juin 2013, la prison civile de Niamey avait été prise pour cible par un commando armé, tuant au moins deux gardes pénitentiaires et en blessant trois autres. Les assaillants avaient réussi à exfiltrer 22 terroristes dont des combattants de Boko Haram, ainsi que Cheïbane Ould Hama, un grand criminel malien, qui était déjà condamné pour l’assassinat de quatre Saoudiens au Niger, près de la frontière malienne, et d’un Américain à Niamey en 2000.

L’attaque de la prison de Koutoukalé survient après l’enlèvement vendredi 14 octobre d’un humanitaire américain, que ses ravisseurs ont emmené au Mali voisin.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici