Fermer

Tchad : visite inédite d’Idriss Déby Itno à Angela Merkel en Allemagne

Idriss Déby Itno et Angela Merkel, le 12 octobre 2016 à Berlin. © Markus Schreiber/AP/SIPA

Au lendemain de son arrivée à Berlin, Idriss Déby Itno a rencontré mercredi Angela Merkel, la chancelière allemande, qui revient d'une tournée africaine. Une première pour un chef d'État tchadien depuis l'indépendance du pays.

Le rendez-vous a été convenu début septembre à Hangzhou. « Nous nous sommes rencontrés au dernier sommet du G20, en Chine, avec la chancelière Angela Merkel. Nous avons échangé et elle m’a confirmé qu’elle allait m’inviter officiellement en Allemagne », a confié Idriss Déby Itno le 12 octobre à Deutsche Welle.

En séjour à Berlin pour la première visite officielle d’un président tchadien en Allemagne, Idriss Déby Itno a été reçu, quelques heures plus tôt, à la chancellerie. Malgré les manifestations de protestation d’opposants tchadiens et un temps pluvieux, les autorités allemandes ont tenu à lui dérouler le tapis rouge et à lui réserver tous les honneurs dus à un chef d’État.

De quoi Déby et Merkel ont-ils parlé ?

Les deux dirigeants ont abordé principalement la question du flux migratoire ainsi que la lutte contre terrorisme. « Nous avons évoqué les menaces terroristes au Mali et au Niger », a confirmé Angela Merkel à l’issue de la rencontre, soulignant que le Tchad est à la tête de la Minusma, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali.

Le Tchad constitue une zone de transit en raison de sa longue frontière avec la Libye

« Nous avons aussi parlé de la migration illégale. Le président Déby a souligné que le Mali et le Niger ne sont pas les seuls concernés, mais aussi son propre pays qui constitue une zone de transit en raison de sa longue frontière avec la Libye », a poursuivi la chancelière allemande.

Une enveloppe de près de 9 millions d’euros pour le Tchad

Angela Merkel a également annoncé le déblocage d’une enveloppe supplémentaire de 8,9 millions d’euros pour aider le Tchad à faire face notamment aux problèmes liés à l’eau et à l’alimentation.

« Quand nous regardons la position géographique du Tchad, nous nous rendons compte que le pays est entouré de régions riches en conflits : la Libye au Nord, le Soudan, la région du lac Tchad où se concentre la lutte contre Boko Haram. Résultat : le Tchad compte aujourd’hui plus de 700 000 réfugiés », a justifié la chancelière.

Vendredi, Angela Merkel recevra Muhammadu Buhari, le président du Nigeria, dont le nord du pays constitue le foyer du jihadisme en Afrique de l’Ouest.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici