Fermer

Serge Aurier : apprenti-égorgeur ou sauveteur ?

par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

Serge Aurier a participé au match opposant la Côte d'Ivoire au Mali, samedi 8 octobre. © Glez

Y a-t-il une différence dans le traitement médiatique de la carrière du footballeur ivoirien, selon que le journaliste est en France ou en Afrique ? À lire les articles parus ce week-end à la suite du match Côte d'Ivoire-Mali, on dirait bien que oui.

« Des gars passés de gosses mal éduqués à vedettes richissimes » et mal « préparés psychologiquement à savoir ce qu’est le bien, le mal » : c’est en ces termes que François Hollande évoque les footballeurs de l’équipe de France dans le livre récemment publié Un Président ne devrait pas dire ça.

Pourtant, dans l’esprit du français moyen, ce portrait-robot s’applique surtout à certains joueurs étrangers évoluant en France. Quel est alors le premier nom qui vient à l’esprit ? Celui de l’international ivoirien de 23 ans Serge Aurier, dont la vie médiatique ne manque jamais de piment…

Deux mois de prison ferme

Le 14 février dernier, alors que la Saint-Valentin inspirait aux amoureux des propos de miel, c’est du fiel que l’arrière-droit du Paris Saint-Germain déversait via l’application Periscope. Il se confiait « en toute intimité » à ses fans en qualifiant de « fiotte » son entraîneur d’alors, Laurent Blanc. Selon Aurier, son coéquiper Angel Di Maria est « un guignol », Zlatan Ibrahimovic « vient de j’sais pas où » et Salvatore Sirigu « est guez ».

Trois mois plus tard, à la sortie d’une boîte de nuit du 18e arrondissement de Paris, le footballeur dont la bouche « ne porte pas de caleçon » dérape devant des représentants des forces de l’ordre. En septembre, suite à cette altercation, il est condamné à deux mois de prison ferme pour violences sur personnes dépositaire de l’ordre public.

Le tribunal correctionnel de Paris le condamne également à 600 euros de dommages et intérêts pour préjudices corporel et moral, ainsi qu’à 1 500 euros de frais de justice. La condamnation n’ayant pas été assortie d’un mandat de dépôt à l’audience, l’avocate du joueur ayant formé un appel qui vaut nouvelle présomption d’innocence et la peine étant aménageable, le latéral continue de pousser le ballon avec son pied…

Diablotin ou petit ange ? 

Et voilà que c’est en Afrique que naît une nouvelle polémique. Samedi dernier, lors d’un match entre la Côte d’Ivoire et le Mali, pour le compte des éliminatoires à la Coupe du monde 2018, l’international ivoirien célèbre un but en mimant un égorgement, pouce sur la gorge. C’est de France que l’énigmatique célébration est jugée « provocante », en ces temps de psychose jihadiste.

Au Mali, pourtant, les professionnels du foot prétendent ne pas avoir prêté attention à ce geste. Fousseni Diawara, coordinateur et manager des équipes nationales maliennes, affirme même que ce geste pourrait être « interprété comme le rituel d’un village ». Non seulement les Maliens –battus 3 à 1– ne lynchent pas Aurier, mais ils le portent en triomphe. Pendant cette même confrontation sportive du 8 octobre, sur la pelouse, Serge Aurier aurait sauvé la vie du milieu des Aigles maliens, Moussa Doumbia, qui était en train d’avaler sa langue, en pleine crise d’épilepsie.

Serge Aurier est-il donc un diablotin ou un petit ange ? Sur les réseaux sociaux, une tendance consiste à répondre qu’il est d’abord un jeune qui a bien le droit d’avoir fait des bêtises pourvu qu’il les ait reconnues.

Certains prolongent la plaidoirie en soutenant que la cabale médiatique contre l’international Ivoirien aurait un point commun avec l’acharnement contre l’avant-centre français Karim Benzema : un relent de racisme. Les polémiques, c’est comme les trains : les unes peuvent en cacher d’autres…

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici