Fermer

Violences sur un huissier : 8 mois de prison et 20 000 euros d’amende requis contre Dieudonné

Par Jeune Afrique avec AFP

Le comique Dieudonné M'bala M'bala, le 10 novembre 2015 à Paris. © Michel Euler/AP/SIPA

Le comique français d'origine camerounaise Dieudonné M'bala M'bala ne s'est pas présenté hier au tribunal correctionnel de Chartres. Il devait comparaître pour violences avec armes sur un huissier.

L’absence de Dieudonné au tribunal correctionnel de Chartres (à 90 km au sud-ouest de Paris) mardi 12 octobre dans le cadre de son procès n’a pas empêché le procureur de mener un réquisitoire accablant pour l’humoriste controversé.

Dieudonné M’bala M’bala est soupçonné d’avoir lancé des projectiles en caoutchouc en direction d’un huissier. Ce que le comique français d’origine camerounaise a toujours démenti, affirmant ne pas être chez lui le soir des faits et accusant un demi-frère dont la justice n’a jamais retrouvé la trace.

La version de la victime

Le fonctionnaire mandaté par la direction régionale des finances publiques à Paris s’était présenté le 20 janvier, aux alentours de 20 heures, au domicile de Dieudonné Mbala Mbala et de sa compagne Noëmie Montagne, près de Dreux (région Centre Val-de-Loire), pour délivrer plusieurs commandements de payer.

Constatant qu’il ne pouvait remettre les commandements en mains propres, l’huissier avait alors regagné son véhicule et avait aperçu au même moment une arme faire feu par-dessus le portail du domicile de Dieudonné.

Durant l’enquête, l’huissier a toujours affirmé avoir reconnu Dieudonné M’bala M’bala, qu’il connaît pour l’avoir déjà vu dans des circonstances similaires.

Le jugement a été mis en délibéré au 13 décembre.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici