Fermer

Soudan du Sud : Riek Machar se rend en Afrique du Sud pour des « examens médicaux complémentaires »

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ex-chef des rebelles du Soudan du Sud Riek Machar, lors d'une conférence de presse à Kampala, le 26 janvier 2016 en Ouganda. © Isaac Kasamani/AFP

Exilé à Khartoum après les violents combats de juillet entre ses hommes et l'armée sud-soudanaise à Juba, Riek Machar a quitté mercredi le Soudan pour l'Afrique du Sud. Il annonce qu'il va y effectuer des "examens médicaux complémentaires".

Les pérégrinations de Riek Machar n’en finissent plus. Après avoir séjourné brièvement en RD Congo, l’ancien chef rebelle sud-soudanais avait trouvé refuge fin août au Soudan pour des « soins médicaux immédiats ». Mercredi 12 octobre, il a annoncé qu’il quittait finalement Khartoum pour l’Afrique du Sud.

« Je me rends à présent en Afrique du Sud pour des examens médicaux supplémentaires (…). Après cela, je quitterai l’Afrique du Sud », a indiqué Riek Machar aux journalistes à l’aéroport de Khartoum, sans préciser où il se rendait par la suite.

Riek Machar en bonne santé

Il s’agissait de la première apparition de Riek Machar devant la presse depuis juillet. Selon les journalistes présents, l’ancien vice-président sud-soudanais paraissait en bonne santé.

Sur le terrain, les violences se poursuivent dans plusieurs régions du Soudan du Sud. Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) s’est d’ailleurs inquiété fin septembre de la situation d’environ 100 000 personnes « piégées » dans la localité de Yei (150 km aud sud-ouest de Juba), qui est encerclée par les forces gouvernementales sud-soudanaises.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici