Fermer

Foot : le sélectionneur de l’équipe algérienne limogé

Par Jeune Afrique avec AFP

Milovan Rajevac à Johannesburg le 2 juillet 2010. © Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Suite au nul décevant de l'équipe d'Algérie contre le Cameroun (1-1) le week-end dernier, le sélectionneur serbe de l'Algérie Milovan Rajevac a été limogé ce mardi. Trois mois seulement après sa nomination.

Trois petits mois et puis s’en va. Milovan Rajevac, nommé en juin dernier à la tête de la sélection des Fennecs, l’équipe nationale d’Algérie, ne laissera pas un grand souvenir. Suite à un nouveau résultat en demi-teinte, un nul un partout contre le Cameroun dimanche 9 octobre, le Serbe a été limogé par la fédération algérienne mardi, selon la télévision nationale. En attendant la désignation d’un nouveau sélectionneur, les entraîneurs adjoints Nabil Neghiz et Yazid Mansouri mèneront la barque des Verts, selon la même source.

Une demande des joueurs

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, a pris sa décision mardi 11 octobre au cours d’une réunion avec le principal intéressé. Cette réunion a été décidée après la montée au créneau de plusieurs joueurs réclamant le départ du technicien, à qui ils ont imputé la responsabilité du nul concédé à domicile dimanche contre le Cameroun, selon une source citée par l’agence APS. Milovan Rajevac avait pourtant fait ses preuves deux ans durant auprès d’un autre poids lourd du foot africain : le Ghana, qu’il a supervisé entre 2008 et 2010.

L’Algérie a raté son entame des qualifications pour le mondial 2018 et devra rapidement se rattraper dans une poule de la « mort » où elle côtoie le Nigeria, le Cameroun et la Zambie. Forte d’un effectif pétri de talent, avec des joueurs comme Riyad Marhez, Sofiane Feghouli ou encore Islam Slimani, la sélection algérienne peine encore à trouver le bon équilibre pour rééditer ses belles performances de la Coupe du monde 2014. Elle avait à l’époque poussé l’Allemagne dans ses derniers retranchements en huitième de finale.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici