Fermer

Aurion, un jeu vidéo camerounais à la conquête du cinéma américain

Le personnage principal du jeu vidéo Aurion : l'héritage des Kori-Odan, sorti le 14 avril 2016. © DR

Après avoir réussi à lancer Aurion, le premier jeu vidéo 100% africain sur PC, le Camerounais Olivier Madiba pourrait bien voir son œuvre adaptée sur grand écran. La maison de production américaine Good Fear Films vient en effet de s'adjuger les droits du scénario.  

De Yaoundé à Hollywood ? Ce parcours pourrait bien être celui d’Aurion, le premier jeu vidéo 100% africain disponible sur PC, sorti en avril dernier. Et pour cause : son créateur, le Camerounais Olivier Madiba, a été contacté par la maison de production Good Fear Films, à l’origine notamment du dessin animé de Disney « Mulan » ou du blockbuster « Very Bad Trip », à la fin du mois de mai 2016.

« On n’a même pas fait attention au premier mail, on croyait que c’était une arnaque ! », se souvient ce gamer invétéré, devenu entrepreneur depuis la création de Kiro’o Games, son studio de création vidéoludique, en 2004. C’est seulement après plusieurs relances qu’Olivier Madiba et ses collègues ont compris que ces messages étaient crédibles.

Hollywood à la recherche de nouveaux scénarios

L’objet de la proposition : Jack Weiner, l’un des directeurs de Good Fear Films, veut adapter le scénario du jeu pour le porter sur le grand écran. Signe que ce jeu, savant mélange entre les codes de la fantasy et l’univers des contes africains, a su séduire au-delà des frontières du continent.

Olivier Madiba, qui avait pour ambition de créer une histoire « universelle », a donc bien réussi son coup : « Notre jeu les a intéressé car Hollywood est à la recherche du renouveau en ce moment en terme de genre. On assiste à une explosion de la diversité. Avec Aurion, nous sommes les premiers à donner dans la fantasy africaine. »

Sur la forme donc, mais aussi sur le fond, Aurion a su retenir l’attention de la maison de production. Car au-delà des décors, c’est l’originalité du scénario qui fait la qualité du jeu selon Olivier Madiba : « Dans la production actuelle, on retrouve souvent les mêmes trames. Le mythe chrétien de l’élu en Europe, la peur du nucléaire au Japon, sauver le monde aux Etats-Unis… »

Reste à trouver un studio 

Aurion propose en effet autre chose, puisque la trame initiale − le héros veut reconquérir son trône − se complique bien vite, comme l’explique son créateur : « Les personnages se rendent vite compte que le pouvoir est plus diffus, que les choses sont moins simples qu’ils ne le pensaient. C’est en cela que ce scénario s’adresse à l’ensemble de la jeunesse mondialisée, qui partage souvent ce sentiment. »

La maison de production basé à Beverly Hills a donc obtenu les droits du scénario d’Aurion fin août 2016. Une première étape indispensable, mais insuffisante pour garantir que le film soit tourné puis diffusé.

« On peut comparer notre situation à celle d’un joueur de foot pro. On a trouvé un agent, la maison de production, maintenant c’est à eux de nous trouver un club, dans le cas précis un studio de réalisation », pose Olivier Madiba.

Adaptation sur Androïd

Quel que soit le tour que prendra cette aventure nouvelle, le trentenaire est fier de tout ce que lui et ses collègues ont accompli. Fierté personnelle, mais pas seulement : « C’est aussi une satisfaction pour le Cameroun et pour toute l’Afrique. Nous sommes des ‘messieurs tout le monde’, notre histoire doit donner espoir à la jeunesse ! »

Une jeunesse qui répond présent, puisque plusieurs jeux vidéos africains ont émergé ces derniers mois, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal ou encore à Madagascar. Signe que la première génération de gamers du continent arrive à maturité. Et qu’elle est prête à passer de l’autre côté de la manette et de l’écran.

Mais pour Olivier Madiba, l’aventure ne s’arrête pas là. Le jeune créateur a lancé en parallèle un projet d’adaptation de son jeu sur Androïd, pour « tirer parti du formidable réservoir africain en la matière » : « En 2017, il y aura 350 millions de smartphones sur le continent », souligne-t-il, confiant et décidé.

En attendant d’envahir les cinémas américains, Enzo et Erine, les deux héros d’Aurion, devraient donc avoir tout le loisir de débarquer sur les écrans des téléphones africains, du Cap à Alger.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici