Fermer

Football : qui sont les Africains de la Ligue des champions 2016 ?

Islam Slimani, Riyad Mahrez et Pierre-Eymerick Aubameyang disputent la Ligue des champions en 2016. © AP/SIPA/Montage J.A.

Les 18 et 19 octobre se déroule la troisième journée de la Ligue des champions européenne. Une compétition dans laquelle, cette année encore, nombre d'Africains s'illustrent. Ils sont 45 à la disputer. Jeune Afrique fait les présentations.

Quelques-uns sont d’ores et déjà incontournables. Ils s’appellent Pierre-Eymerick Aubameyang, Islam Slimani, Mehdi Benatia, Serge Aurier ou Riyad Mahrez.

D’autres ne le sont en revanche pas encore, comme le Congolais (RDC) Jody Lukoki (Ludogorets) ou Moussa Doumbia, l’attaquant malien du FC Rostov.

Voici, poste par poste, équipe par équipe et pays d’origine par pays d’origine, les Africains de la Ligue des champions 2016.

Cliquez sur les catégories pour afficher les joueurs correspondants. Si vous nous consultez depuis notre application mobile, cliquez ici.

Répartition des 45 joueurs africains dans les clubs disputant la Ligue des champions en 2016

Sur les 32 clubs engagés en phase de poules de Ligue des champions en 2016, 23 alignent au moins un joueur détenant une nationalité africaine. Mentions spéciales au Leicester FC, le club anglais alignant cinq joueurs du continent, ou encore à Naples (quatre). Avec 14 attaquants, 11 défenseurs et 20 milieux, l’Afrique aurait tort de ne pas s’intéresser à la compétition.

L’affirmation est même d’autant plus vrai pour certains pays du continent. L’Algérie place six joueurs dans la compétition, un de plus que le Nigeria, mais trois de moins que la Côte d’Ivoire qui, avec neuf représentants, est l’État le plus présent dans cette édition 2016.

Origine des joueurs africains disputant la Ligue des champions en 2016

Passez votre souris sur les bulles pour afficher le nombre de joueurs

À Abidjan, il faudra donc avoir le don d’ubiquité pour suivre les Ivoiriens lors des matchs du CSKA Moscou, du FC Bâle, du Celtic Glasgow, du FC Copenhague, du Dynamo Kiev et, surtout, de Manchester City (même si on exclut Yaya Touré) et du Paris Saint-Germain.

Même chose à Alger, dont les six chouchous sont éparpillés dans six formations différentes, ou au Nigeria (cinq représentants pour cinq équipes).

Autre solution : attendre la fin du premier tour de la compétition et les huitièmes de finales, en février 2017. D’ici là, le nombre d’équipes aura été divisé par deux.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici