Fermer

Arnold Ekpe quitte la présidence d’Atlas Mara

Arnold Ekpe ©

Le dirigeant nigérian va quitter la présidence du groupe bancaire panafricain à la fin de son mandat initial qui prend fin le 1er décembre 2016.

Arnold Ekpe ne demandera pas le renouvellement de son mandat à la présidence d’Atlas Mara, le groupe financier panafricain fondé par l’Américain Bob Diamond (ancien patron du groupe britannique Barclays) et l’entrepreneur anglo-ougandais Ashish Thakkar.

Selon les informations communiquées ce mardi 11 octobre par le groupe financier présent dans sept pays africains, le dirigeant nigérian « a donné un préavis de son intention de démissionner à la fin de son mandat de trois ans (le 1er décembre 2016) afin de se concentrer sur ses autres intérêts ». La présidence intérimaire du groupe sera assurée par Bob Diamond, jusqu’à la nomination d’un nouveau président indépendant.

Nommé président non-exécutif d’Atlas Mara en décembre 2013, Arnold Ekpe a reçu une rémunération de 125 000 dollars en 2014 et de 150 000 dollars en 2015. Le dirigeant nigérian a également reçu en décembre dernier, un total de 19 644 actions ordinaires du groupe bancaire, qui s’ajoutent aux options sur 50 000 actions ordinaires qui lui ont été attribuées en décembre 2013 et dont il peut exercer les droits jusqu’en août 2019.

Expansion panafricaine

Fin connaisseur du secteur financier africain, Arnold Ekpe a été l’un des principaux architectes de l’expansion panafricaine du groupe Ecobank Transnational Incorporated (ETI), dont il a été le directeur général entre 1996 et 2001, puis de 2005 à 2012, après une parenthèse à la tête de United Bank for Africa.

À la présidence d’Atlas Mara, Arnold Ekpe a supervisé une rapide expansion du groupe bancaire coté à Londres, qui en l’espace de trois ans s’est installé dans sept pays africains, acquérant des parts majoritaires dans le groupe bancaire d’Afrique australe BancABC, dans Finance Bank of Zambia et dans les institutions rwandaises Banque populaire du Rwanda et BRD Commercial Bank, ainsi qu’une participation minoritaire dans Union Bank of Nigeria.

La croissance géographique du groupe Atlas Mara ne s’est toutefois pas reflétée dans ses résultats en Bourse. Depuis son IPO à Londres, le titre Atlas Mara a perdu 70 % de sa valeur, passant de 12,5 dollars l’action, fin décembre 2013, à 3,5 dollars ce mardi.

Malgré la croissance de son total de bilan (2,95 milliards de dollars au 30 juin 2016) et de ses revenus, le groupe reste durement affecté par la chute des devises dans plusieurs de ses pays d’implantation. Au premier semestre 2016, ses revenus ont atteint 113,5 millions de dollars, en hausse de +14,9 % sur un an (+34,5 % hors variation de change), pour un bénéfice de 1,2 million de dollars, soit une baisse de -70,7 % sur un an (-34 % hors variation de change).

Quel futur pour Arnold Ekpe ?

« Chacun de nous au sein du conseil tient à remercier Arnold [Ekpe] pour le leadership qu’il a fourni durant une période de croissance extraordinaire à Atlas Mara. Je tiens personnellement à le remercier pour tout ce qu’il a fait pour aider le groupe à atteindre ses objectifs. Nous lui souhaitons le meilleur dans ses projets futurs », a indiqué dans un communiqué Bob Diamond.

S’il quitte la présidence d’Atlas Mara, Arnold Ekpe devrait rester encore actif sur la scène économique et financière africaine. Parmi ses mandats figurent ceux d’administrateur du Nigeria Sovereign Investment Authority et du groupe agroalimentaire nigérian Dangote Flour Mills (revendu fin 2015 par le sud-africain Tiger Brands). Il est également président honoraire du Business Council for Africa, qui rassemble près de 250 entreprises et dirigeants à travers le continent.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici