Sécurité

Soudan du Sud : 21 personnes tuées dans une embuscade dans le sud du pays

Une réfugiée marche aux côtés de casques bleus, près d'un camp de protection des civils (POC) de l'ONU à Djouba, le 4 octobre 2016. © Albert Gonzalez Farran/AFP

Vingt-et-une personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été tuées samedi dans une embuscade attribuée aux rebelles sud-soudanais sur la route menant de la capitale, Djouba, à la ville de Yei.

« Un camion transportant des civils déplacés en raison de combats dans le nord du pays et devant être relocalisés à Yei (150 km au sud-ouest de Djouba) est tombé dans une embuscade » samedi 8 octobre, a déclaré, lundi 10 octobre, Dominant Kawcgwok, le porte-parole adjoint de la police sud-soudanaise, précisant que la plupart des victimes étaient des femmes et enfants.

« Nous avons perdu 21 personnes et une vingtaine ont été blessées », a-t-il annoncé. Selon des médias locaux, le gouvernement du président Salva Kiir a rejeté la responsabilité de cette attaque sur des troupes rebelles loyales à son ex-vice-président et rival, Riek Machar. Ce dernier est actuellement réfugié à Khartoum après avoir fui des combats meurtriers à Djouba en juillet.

La mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) a fait part dans un communiqué d’informations troublantes sur des violences abominables contre des civils à Yei. « La Minuss est extrêmement préoccupée par la détérioration continue de la situation sécuritaire à Yei, (dans la province) Central Equatoria, où la mission se voit toujours refuser l’accès », explique-t-elle.

Trois autres bus attaqués

Dans un incident séparé, trois bus de passagers reliant Djouba à l’Ouganda ont été attaqués lundi par des inconnus armés, a ajouté Dominant Kawcgwok, précisant qu’aucun des passagers n’avait été blessé. Le porte-parole de la police ougandaise a quant à lui confirmé l’attaque de lundi mais a indiqué que plusieurs passagers avaient été enlevés, sans pouvoir en déterminer le nombre exact.

« Il y a eu une embuscade contre des bus se rendant en Ouganda, perpétrée par des hommes en armes, côté sud-soudanais, ce (lundi) matin », a déclaré Felix Kaweesa. « Les assaillants ont tiré sur l’un des bus et l’ont brûlé. Ils ont dévalisé (les passagers) des bus et enlevé plusieurs des passagers […]. Une partie des personnes enlevées, parmi lesquelles des Ougandais, a pu être secourue par l’armée sud-soudanaise mais d’autres manquent toujours à l’appel. »

Fermer

Je me connecte