Afrique du Sud : malgré le mouvement étudiant, plusieurs universités annoncent la reprise des cours

Par Jeune Afrique avec AFP

Manifestation contre les inégalités raciales dans l'éducation à Johannesburg, le 7 octobre 2016. © Mujahid Safodien/AFP

Alors que les étudiants ont appelé dimanche 9 octobre à la poursuite de la lutte pour un enseignement gratuit, plusieurs universités sud-africaines ont annoncé de leur côté la reprise des cours cette semaine.

Après trois semaines de perturbations, la prestigieuse faculté de Witwatersrand (Wits) à Johannesburg, fief de la contestation, a décidé de rouvrir lundi 10 octobre « pour sauver l’année universitaire », en dépit des menaces des grévistes de perturber le fonctionnement de l’établissement.

« Tout le monde dans la communauté universitaire a le même objectif : travailler ensemble pour parvenir à une éducation gratuite et de meilleure qualité. Nous pensons sincèrement que cela peut être fait tout en terminant l’année universitaire. Aucun étudiant ne devrait voir le travail d’une année réduit à néant, tout en sachant les sacrifices financiers que cela représente pour les étudiants et leur famille », a expliqué l’université dans un communiqué samedi soir.

Menace de suspension

« Les étudiants seront autorisés à manifester, mais seulement dans des aires identifiées, et toute personne qui intimiderait les étudiants (…) ou serait munie de pierres ou d’armes (….) pourra être suspendue », a toutefois prévenu l’établissement.

Dimanche soir, les étudiants grévistes de Wits ont réagi en annonçant que la lutte continuait. Ils ont appelé à un rassemblement lundi à 7 heures locales sur l’une des aires désignées pour les manifestations.

Reprise prévue également à Free State et à Tshwane

Les cours doivent aussi reprendre théoriquement lundi à l’université de Free State (centre) et mercredi à l’université de technologie de Tshwane, à Pretoria.

En revanche, l’université du Cap (sud-ouest), où le mouvement étudiant est très actif, restera fermée lundi, selon l’établissement. Pas de cours non plus à l’université de Pretoria, qui organisera lundi une rencontre entre le personnel et les étudiants pour tenter de trouver une issue à la crise.

Des heurts ont opposé étudiants et forces de l’ordre, notamment à l’université de Wits, et des bâtiments ont été endommagés.

Les étudiants continuent de réclamer une éducation gratuite et décolonisée, 22 ans après la fin du régime d’apartheid.