Fermer

Afrique du Sud : malgré le mouvement étudiant, plusieurs universités annoncent la reprise des cours

Par Jeune Afrique avec AFP

Manifestation contre les inégalités raciales dans l'éducation à Johannesburg, le 7 octobre 2016. © Mujahid Safodien/AFP

Alors que les étudiants ont appelé dimanche 9 octobre à la poursuite de la lutte pour un enseignement gratuit, plusieurs universités sud-africaines ont annoncé de leur côté la reprise des cours cette semaine.

Après trois semaines de perturbations, la prestigieuse faculté de Witwatersrand (Wits) à Johannesburg, fief de la contestation, a décidé de rouvrir lundi 10 octobre « pour sauver l’année universitaire », en dépit des menaces des grévistes de perturber le fonctionnement de l’établissement.

« Tout le monde dans la communauté universitaire a le même objectif : travailler ensemble pour parvenir à une éducation gratuite et de meilleure qualité. Nous pensons sincèrement que cela peut être fait tout en terminant l’année universitaire. Aucun étudiant ne devrait voir le travail d’une année réduit à néant, tout en sachant les sacrifices financiers que cela représente pour les étudiants et leur famille », a expliqué l’université dans un communiqué samedi soir.

Menace de suspension

« Les étudiants seront autorisés à manifester, mais seulement dans des aires identifiées, et toute personne qui intimiderait les étudiants (…) ou serait munie de pierres ou d’armes (….) pourra être suspendue », a toutefois prévenu l’établissement.

Dimanche soir, les étudiants grévistes de Wits ont réagi en annonçant que la lutte continuait. Ils ont appelé à un rassemblement lundi à 7 heures locales sur l’une des aires désignées pour les manifestations.

Reprise prévue également à Free State et à Tshwane

Les cours doivent aussi reprendre théoriquement lundi à l’université de Free State (centre) et mercredi à l’université de technologie de Tshwane, à Pretoria.

En revanche, l’université du Cap (sud-ouest), où le mouvement étudiant est très actif, restera fermée lundi, selon l’établissement. Pas de cours non plus à l’université de Pretoria, qui organisera lundi une rencontre entre le personnel et les étudiants pour tenter de trouver une issue à la crise.

Des heurts ont opposé étudiants et forces de l’ordre, notamment à l’université de Wits, et des bâtiments ont été endommagés.

Les étudiants continuent de réclamer une éducation gratuite et décolonisée, 22 ans après la fin du régime d’apartheid.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici