Fermer

Mozambique : assassinat de Jeremias Pondeca, négociateur de paix de l’opposition

Par Jeune Afrique avec AFP

Lors d’une rencontre entre le président du Mozambique Filipe Nyusi (D) et le chef de l’opposition Afonso Dhlakama (G), le 7 février 2015, à Maputo. © Sergio Costa/AFP

Jeremias Pondeca, membre du principal parti d'opposition mozambicain, la Renamo, et négociateur aux pourparlers de paix, a été assassiné samedi à Maputo, a annoncé son parti dimanche, à la veille de la reprise des négociations avec le gouvernement.

« Une nouvelle fois, un de nos membres [Jeremias Pondeca] a été atteint par les balles assassines des ennemis de la démocratie », a indiqué la Renamo dans un communiqué publié le dimanche 9 octobre à Maputo.

Des hommes armés non identifiés ont tiré la veille sur Jeremias Pondeca, ancien député et membre haut placé du parti, alors qu’il était sorti faire un footing.

La police n’était pas joignable dimanche pour confirmer l’homicide, relayé par les médias locaux.

Jeremias Pondeca, 55 ans, avait été nommé par la Renamo pour participer aux pourparlers de paix organisés depuis fin mai dans la capitale, afin de tenter de mettre fin au conflit qui oppose les troupes gouvernementales au bras armé de l’opposition dans le centre du pays.

Condamnation de l’Union européenne

L’Union européenne (UE) a condamné ce meurtre, appelant les autorités mozambicaines « à ne ménager aucun effort pour que les auteurs de ce crime soient jugés ».

 « La violence ne peut jamais être une alternative au dialogue pacifique », a estimé l’UE, qui a « exhorté toutes les parties mozambicaines (…) à rester engagées dans les négociations de paix et à éviter toute action qui mettrait en danger un processus soutenu par le peuple mozambicain ».

Les pourparlers de paix doivent reprendre lundi après une suspension de dix jours.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici