Fermer

Yémen : au moins 140 morts dans des raids, la coalition arabe prête à associer les Américains à une enquête

Par AFP

Un homme se tient devant un immeuble détruit par un bombardement de la coalition menée par l'Arabie saoudite, à Sanaa le 28 octobre 2015. © AFP

La coalition arabe au Yémen, conduite par l'Arabie saoudite, s'est déclarée prête à associer les États-Unis à une enquête immédiate sur les raids qui ont fait plus de 140 morts et 525 blessés samedi à Sanaa.

« Une enquête immédiate sera diligentée (…) et l’équipe d’enquêteurs est prête à profiter de l’expertise de la partie américaine », a indiqué la coalition dans un communiqué publié par l’agence officielle saoudienne SPA dans la nuit de samedi à dimanche.

Les enquêteurs auront accès aux données concernant les opérations militaires dans le secteur et ses environs, et les résultats seront publiés immédiatement après la fin de l’enquête, a assuré la coalition.

Elle a présenté ses condoléances aux familles des victimes, qualifiant de « regrettable et douloureux » l’incident qui s’est produit samedi à Sanaa.

Elle a rappelé avoir pour politique de donner à ses pilotes d’avion des instructions claires pour ne pas viser les cibles civiles et tout faire pour éviter tout risque aux civils.

Les rebelles chiites Houthis, qui contrôlent la capitale yéménite Sanaa, ont accusé la coalition sous commandement saoudien d’être responsable des raids aériens qui ont touché de plein fouet une salle où se déroulait une veillée funèbre.

Les États-Unis ont annoncé samedi un réexamen immédiat de leur soutien à cette coalition.

« La coopération sécuritaire avec l’Arabie saoudite n’est pas un chèque en blanc », a déclaré Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

« Au vu des raids de samedi et d’autres incidents, nous avons débuté un examen immédiat de notre soutien, déjà fortement réduit, à la coalition emmenée par l’Arabie saoudite au Yémen », a-t-il ajouté.

Washington, a dit M. Price, « est disposé à ajuster son soutien afin de le conformer au mieux aux principes, aux valeurs et aux intérêts des États-Unis ».

Les rebelles Houthis, qui se sont emparés de Sanaa il y a deux ans puis d’autres régions du pays, sont combattus par la coalition arabe, alliée du gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale.

La coalition avait nié samedi soir toute responsabilité dans les raids de Sanaa.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici