Fermer

Ouragan Matthew : au moins 400 morts en Haïti

Par Jeune Afrique avec AFP

Un homme prête main-forte à une femme lors des inondations causées par l'ouragan Matthew, le 5 octobre 2016. © Dieu Nalio Chery/AP/SIPA

L'ouragan Matthew, qui a frappé avec violence Haïti, a provoqué la mort d'au moins 400 personnes, a annoncé vendredi 7 octobre le sénateur haïtien du Sud, Hervé Fourcand.

Le bilan ne cesse de s’alourdir au fil des heures. Alors qu’un dernier recensement officiel faisait état de 122 morts, le sénateur Hervé Fourcand a annoncé la mort d’au moins « 400 personnes ».

Un bilan qui pourrait encore s’alourdir. Beaucoup de zones sont encore très difficiles d’accès et les autorités n’ont pas encore centralisés tous les chiffres. La protection civile du Sud, qui évoque pour sa part un bilan de 315 morts, ne tient ainsi pas compte des communes de Camp Perrin, Les Anglais, Coteaux et Arniquet.

Scènes de désolation 

Trois jours après son passage destructeur, l’ouragan a laissé derrière lui des scènes de désolation. Dans l’une des communes les plus touchées, Roche-à-Bateau, pas moins de 50 personnes ont été tuées par le déferlement de l’ouragan, l’un des plus violents de ces décennies.

À Jérémie, une ville d’environ 30 000 habitants située au sud-ouest d’Haïti, « 80% des bâtiments ont été rasés », affirme l’ONG Care. Les images de cette région montent l’ampleur du désastre :

Toute la partie méridionale du pays a été noyée sous des torrents d’eau et secouée par des vents très violents, parfois pendant de longues heures. Les vents et les pluies ont inondé des milliers de maisons, endommagé des écoles, détruit d’importantes surfaces agricoles, des entreprises, des routes et des ponts. Plus de 29 000 maisons ont été détruites rien que dans le Sud.

Plus de 21 000 personnes ont été évacuées et 350 000 ont besoin d’assistance, selon le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU. Mais le pire pourrait rester à venir : avec ces inondations, les autorités redoutent désormais une forte recrudescence des cas de choléra.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici