Fermer

Desmond Tutu prend position contre l’acharnement thérapeutique

Par Jeune Afrique avec AFP

Desmond Tutu à la cathédrale Saint-Georges au Cap, le 7 octobre 2016. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

Le prix Nobel de la paix et ancien archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu a fêté vendredi 7 octobre ses 85 ans au Cap. Pour l'occasion, il défend dans la presse le droit pour les personnes en fin de vie à mourir de la façon dont elles le souhaitent.

Alors qu’il sort de plusieurs séjours à l’hôpital, Desmond Tutu évoque le sort des personnes en fin de vie dans une tribune publiée ce jeudi dans le Washington Post. Dans une vidéo également en ligne sur le site du quotidien américain, on voit l’ancien archevêque donner sa bénédiction aux initiatives qui visent à légaliser la « mort assistée ».

Les personnes mourantes « devraient avoir le droit de choisir comment et quand elles quitteront la Terre mère », écrit-il. « Pourquoi seraient-elles forcées d’endurer de terribles souffrances contre leur volonté ? »

La fin de vie de Mandela

En raison d’une infection récurrente liée à un traitement contre le cancer de la prostate dont il souffre depuis vingt ans, Desmond Tutu a été hospitalisé à deux reprises ces dernières semaines. Dans sa tribune, il assure être « préparé à la mort » et ne pas vouloir être « maintenu en vie à tout prix ».

Il y a deux ans déjà, l’ex-archevêque prenait position contre l’acharnement thérapeutique dans une autre tribune publiée par le Guardian. Il y dénonçait la fin de vie de son ami et ex-président Nelson Mandela, décédé en 2013 à l’âge de 95 ans.

« Je suis plus près du hall des départs que de celui des arrivées »

Ce vendredi néanmoins, à l’occasion de son anniversaire, il est apparu souriant, revêtu de sa traditionnelle soutane fuchsia. Dans la cathédrale Saint-Georges, il a évoqué avec émotion  ses souvenirs de premier archevêque noir du Cap, pendant la période de l’apartheid, dans les années 1980.

« Je peux vous assurer que c’était très difficile, pour nous comme pour les autres [Noirs]. Mais l’accueil chaleureux que nous avons reçu ici nous a enveloppé comme une couverture et nous a toujours réconforté », a déclaré Desmond Tutu.

« J’ai atteint un stade de ma vie où je suis plus près du hall des départs que de celui des arrivées. Et j’ai indiqué qu’une fois l’heure venue, je veux reposer ici pour toujours avec vous », a-t-il poursuivi avant de s’agenouiller en sanglots devant l’autel.

« Il continue d’inspirer le monde »

Dans un communiqué, le président sud-africain Jacob Zuma a rappelé que « l’archevêque Tutu a immensément contribué à la liberté et à la démocratie dans ce pays ». Il lui a souhaité de recouvrer la santé, et de « continuer d’inspirer la nation et le monde ».

L’ancien chef de l’État sud-africain Frederik de Klerk, dernier président blanc du pays avant l’avènement de la démocratie en 1994, a également publié un communiqué pour présenter ses « meilleurs vœux » à Desmond Tutu.

Infatigable défenseur des droits de l’Homme, très impliqué dans la lutte contre le régime raciste de l’apartheid, Desmond Tutu avait reçu le prix Nobel de la paix en 1984, alors qu’il dirigeait le Conseil sud-africain des églises.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici