Fermer

Zambie : le chef de file de l’opposition Hakainde Hichilema libéré sous caution après une nuit en prison

Par Jeune Afrique avec AFP

Hichilema Hakainde s'adressant à ses partisans à Lusaka le 21 janvier 2015. © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Le chef de l'opposition zambienne Hakainde Hichilema, inculpé jeudi 6 octobre d'incitation à l'insurrection et à l'organisation d'un rassemblement illégal, a été libéré sous caution après avoir passé une nuit en prison.

Le président du Parti uni pour le développement national (UPND) et son vice-président Geoffrey Mwamba avaient été arrêtés puis placés en détention à la prison de Luanshya, dans la région minière de la Copperbelt (« Ceinture de cuivre », dans le centre).

« Ils ont comparu et ont été libérés sous caution. Tous deux ont plaidé non coupable », a affirmé à l’AFP leur avocat, Jack Mwiimbu.

Dans un communiqué, l’UPND a précisé que les deux responsables avaient été remis en liberté contre le paiement d’une caution de 25 000 kwachas, soit 2 200 euros.

En sursis

La semaine dernière, les deux opposants avaient voulu rendre visite à des membres de leur parti enfermés dans plusieurs prisons de la région. Mais ils n’y avaient pas été autorisés. Leur procès doit se tenir le 19 octobre. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à sept ans de prison.

Jeudi matin, Hakainde Hichilema a dénoncé dans un message publié sur son compte Facebook ses conditions d’incarcération à la prison de Luanshya, affirmant notamment avoir été privé, ainsi que Geoffrey Mwamba, de nourriture, d’eau et de couverture.

Lors de la présidentielle du 11 août, le chef de l’État sortant Edgar Lungu avait devancé d’à peine 100 000 voix Hakainde Hichilema, qui se présentait pour la cinquième fois à la magistrature suprême.

L’UPND a contesté la victoire d’Edgar Lungu, l’accusant de fraude, mais la justice zambienne a rejeté ses recours.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici