Fermer

Niger : 22 soldats tués dans l’attaque d’un camp de réfugiés maliens dans l’ouest du pays

Militaires nigériens au poste frontalier de la région de Diffa, le 1er août. Quelques jours plus tôt, ils ont libéré la ville de Damassak, au Nigeria. © François-Xavier Freland pour JA

Un camp de réfugiés a été attaqué jeudi au Niger, à Tazalit, à 180 kilomètres de la frontière avec le Mali, par une quarantaine d’assaillants. Une information confirmée par le Haut commissariat aux réfugiés, qui a indiqué que 22 personnes chargées de sécuriser les lieux avaient été tuées.

Le camp de réfugiés maliens de Tazalit, dans la région de Tasara, à 180 kilomètres de la frontière malienne, a été attaqué jeudi 6 octobre à 14h22, heure locale, selon nos informations. L’assaut a été confirmé par le Haut commissariat aux réfugiés, qui dispose de personnel sur place.

Vingt-deux soldats nigériens ont été tués, selon un responsables des services de sécurité nigériens et le HCR. Il s’agirait de 14 gardes, 5 gendarmes et 3 militaires. Cinq militaires ont été blessés. Seuls trois des soldats affectés à la sécurité ont réussi à fuir, a indiqué le HCR dans un communiqué. Un seul réfugié aurait été blessé et une ambulance a été brûlée.

Une quarantaine d’assaillants, vraisemblablement d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont pris d’assaut l’installation. Ceux-ci ont été pris par surprise alors qu’ils déjeunaient. « Ils sont allés directement vers le poste de sécurité du camp des réfugiés et ont mitraillé les militaires qui étaient en train de déjeuner », a expliqué un responsables des services de sécurité. Les assaillants sont repartis deux heures plus tard en emportant des vivres, des vêtements, des armes et munitions et trois véhicules, dont un appartenant au HCR et une ambulance, selon ce responsable.

La colonne jihadiste, composée de trois véhicules et d’une moto a ensuite pris la fuite vers le Nord-Ouest, en direction du Mali, en emportant trois autres véhicules. Une poursuite aérienne et terrestre a été engagée et l’armée nigérienne s’est rendue sur place, selon une source au ministère de l’Intérieur.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici