Fermer

L’ouragan Matthew fait plus de 100 morts en Haïti

Par Jeune Afrique avec AFP

Un homme prête main-forte à une femme lors des inondations causées par l'ouragan Matthew, le 5 octobre 2016. © Dieu Nalio Chery/AP/SIPA

Le puissant ouragan Matthew a provoqué la mort d'au moins 108 personnes en Haïti, a indiqué jeudi par téléphone le ministre haïtien de l'Intérieur, François Anick Joseph. Dans l'une des communes les plus touchées, Roche-à-Bateau, pas moins de 50 personnes ont été tuées par le déferlement de l'ouragan, l'un des plus violents de ces décennies.

Jusqu’à présent, 23 morts avaient été recensés. Un bilan qui ne tenait pas compte de la Grande Anse, un département coupé du reste du pays pendant plus de 18 heures. « La situation des principales villes est catastrophique », s’est inquiété le président par intérim, Jocelerme Privert.

Selon un dernier état des lieux, les vents et les pluies ont inondé près de 2 000 maisons, endommagé dix écoles, détruit d’importantes surfaces agricoles, des entreprises, des routes et des ponts.

Plus de 21 000 personnes ont été évacuées dans ce pays très vulnérable aux aléas climatiques en raison de l’importante déforestation et peinant encore à se relever du séisme de 2010 qui avait fait plus de 200 000 morts.

« Le plus puissant ouragan touchant cette zone depuis des décennies »

Aux États-Unis, près de trois millions de personnes ont été sommées d’évacuer le littoral atlantique à l’approche jeudi de l’ouragan dévastateur qui doit s’abattre sur la Floride dans la nuit de jeudi à vendredi, selon le centre américain de surveillance des ouragans (NHC). Matthew s’est renforcé en catégorie 4 (sur une échelle de 5) à l’approche des côtes américaines. « C’est le plus puissant ouragan touchant cette zone depuis des décennies », selon le NHC.

« N’allez pas faire du surf, n’allez pas sur les plages. Vous serez tués », a mis en garde jeudi le gouverneur de Floride, Rick Scott, lors d’un point de presse au ton grave. « Le temps presse », a-t-il souligné, tentant de convaincre les habitants de prendre le danger au sérieux et de se réfugier dès à présent dans les abris le plus possible à l’intérieur des terres.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici