Fermer

Du charbon propre pour les ménages tchadiens

Test de combustion du charbon de bois écologique. © Image d'archive fournie par la société qui commercialise faam.

À la mi-octobre sortiront des usines construites au sud du Tchad près de Moundou, des briquettes de charbon fabriquées à base de coques de graines de coton mélangé à de l’amidon de manioc.

Ce charbon que les promoteurs ambitionnent de substituer au charbon de bois sera vendu dans un premier temps à Moundou et à N’Djaména, la capitale. Le nom commercial de ce charbon est faam, charbon en arabe tchadien.

Initiée par deux ingénieurs tchadiens travaillant dans le pétrole, l’unité de production, qui a coûté 300 millions de francs CFA (450 000 euros) a une capacité de 60 tonnes par jour et vise à aider le pays à sortir de la dépendance au charbon de bois, officiellement interdit, mais surtout convertir les acteurs de la filière charbon de bois en acteurs d’une économie verte.

« Ils pourront vendre du charbon qui ne provoque ni fumée, ni étincelle à moindre coût et ne seront plus obligés de fuir les agents des eaux et forêts », explique Djinguereng Mouiba Mbayam, un des promoteurs du projet.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici