Fermer

Habillement : Gémo crée des remous à Tunis

Par - à Tunis

L'enseigne Gémo compte plus de 460 boutiques à travers le monde. © DR

L'enseigne française de prêt-à-porter Gémo (groupe Eram) a ouvert son premier magasin en Tunisie jeudi. Cette arrivée d'un nouvel acteur européen du textile ravive les inquiétudes des acteurs nationaux.

Une nouvelle filiale du groupe français Eram (chaussures, habillement…) débarque en Tunisie. Après Tati, qui a ouvert ses portes à Tunis au deuxième trimestre 2016, c’est au tour du spécialiste du prêt-à-porter Gémo de s’installer dans la capitale tunisienne.

Sa première boutique a ouvert ses portes ce jeudi 06 octobre. Elle est située dans le quartier de La Soukra et s’étend sur deux étages, d’une surface de 1 000 mètres carrés.

Partenaires

Fondé en 1991 et dirigé depuis dix ans par Hubert Aubry (diplômé de l’École supérieure des sciences commerciales d’Angers – 1995), Gémo est la plus grosse filiale du groupe Eram. Elle compte 460 magasins à travers le monde, pour 890 millions d’euros de revenus et 4 400 collaborateurs.

En première ligne pour cette implantation en Tunisie se trouve Anis Lajnef, directeur commercial d’Alia Distribution, partenaire de Gémo dans cette aventure. Le groupe tunisien accompagne déjà l’enseigne de vêtements napolitaine Piazza Italia et les Espagnols de Punt Roma dans leur implantation dans le pays d’Afrique du Nord.

L’arrivée de Gémo confirme l’attractivité de la Tunisie pour les spécialistes européens de l’habillement. Elle intervient quelques mois à peine après celles du français Kiabi et de l’espagnol Cortefiel.

Pour se démarquer sur ce secteur très concurrentiel, Gémo mise sur une présentation « haut-de-gamme » de ces produits. « Ce magasin bénéficie du dernier concept de l’enseigne en terme de mise en rayon », détaille Cyril Baron, directeur de magasin Gémo dans la région de Lyon en France, dépêché à Tunis pour l’ouverture de cette première boutique.

« La présence d’un étage, qui est rare en France, permet de bien définir les espaces hommes, femmes et enfants pour une approche plus mode. Ici, nous sommes davantage dans une présentation de prêt-à-porter de gamme supérieure comme chez [l’espagnol] Zara par exemple », explique le manager.

Si Anis Lajnef refuse de donner des objectifs chiffrés, le responsable d’Alia Distribution se dit persuadé qu’il y a de la place pour l’ouverture de cinq boutiques Gémo en Tunisie dans les cinq prochaines années.

La prochaine ouverture devrait avoir lieu au second semestre 2017 à Sousse.

Réaction

L’arrivée de Gémo fait bondir Mohamed Fathi Ben Sassi, le président de la chambre nationale du commerce du tissu et du prêt-à-porter de la Tunisie.

Selon l’entrepreneur tunisien, l’arrivée « massive » des enseignes étrangères met en péril le marché local du prêt-à-porter : « Depuis 2013, au total 300 sociétés tunisiennes ont fermé ; elles représentaient environ 30 000 emplois. Le jour où H&M [enseigne suédoise de prêt-à-porter, l’une des plus importantes au monde, ndlr] débarque en Tunisie, nous n’aurons qu’à dire bye-bye aux détaillants tunisiens. »

Pour réguler le marché, la chambre professionnelle demande aux parlementaires de se saisir de la question et d’imposer à ces franchises de proposer des articles qui soient fabriqués en Tunisie à hauteur de 30 % à 50 % afin de créer un débouché aux détaillants locaux.

« Une mesure de quotas qui rappelle les années 1970. La Tunisie appartient à l’Organisation mondiale du commerce, cela n’est pas sérieux », rétorque Anis Lajnef.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici