Fermer

Start-up africaine de la semaine : Gifted Mom au secours des futures mamans

Par - à Yaoundé

Une mère et sa fille de quelques jours pendant une consultation au Centre de Protection Maternelle et Infantile (PMI) de la Medina Le 23 octobre 2013. Sénégal, Dakar © Sylvain CHERKAOUI pour Jeune Afrique

La start-up camerounaise a réussi en trois années à accompagner plus de 20 000 femmes enceintes et leurs nourrissons, contribuant ainsi à lutter contre la mortalité infantile.

Gifted Mom (« maman douée » en anglais) n’en finit pas de collecter les récompenses. Le 14 septembre, aux Îles Fidji, ce projet lancé il y a trois ans, a remporté le prix du Commonwealth de la meilleure application en e-santé. En avril, le groupe Total a élu son fondateur et directeur général, Alain Nteff, un ingénieur informatique de 24 ans, meilleur « start-upper » africain — rien de moins.

Des prix qui viennent après tant d’autres et dont le gain cumulé dépasse plus de 100 000 dollars (89 000 euros). Cette manne s’ajoute aux 20 000 dollars injectés par son partenaire financier, African Leadership Network (ALN Ventures), un incubateur de start-up basé à Johannesburg. Elle a permis le développement de la PME camerounaise logée au sein du technopole de l’École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé.

C’est pour résoudre à l’épineux problème de la mortalité infantile — 57 décès sur 1000 naissances au Cameroun en 2015 — qu’Alain Nteff a créé une plate-forme capable de suivre plusieurs dizaines de milliers de femmes à la fois.

Service personnalisé

« L’application rappelle aux femmes enceintes les dates des vaccins, des examens et des consultations à faire pendant leur grossesse et les différentes précautions à prendre après l’accouchement, précise Beaugas-Orain Djoyum, patron de ICT Media Strategies, qui édite le site web TIC Mag. Il en est de même du suivi de l’enfant : rappel des vaccins, conseils et astuces pour prendre soin de l’enfant ou pour l’allaiter. »

Elles peuvent aussi envoyer leurs questions au numéro 8566 et des médecins leur apporteront des réponses dans les dix minutes qui suivent. « En cas de complications, nous pouvons les orienter vers des centres de santé proches », explique le directeur général de Gifted Mom, qui gère les aspects technique et marketing, tandis que le médecin Conrad Tankou, co-fondateur, s’occupe du volet médical.

L’application a déjà séduit plus de 20 000 femmes et 34 centres de santé installés dans cinq régions du Cameroun. Elle se démarque de son concurrent américain Frontline SMS par l’utilisation des langues locales comme le fulfulde, l’arabe et le pidgin. Mieux, « à la différence des opérateurs de téléphonie qui envoient souvent des messages de santé, nous avons mis au point un algorithme qui envoie des messages personnalisés, en fonction de l’âge de la grossesse ou de l’enfant », précise Alain Nteff.

Soutien des Nations unies

De quoi susciter l’intérêt du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), qui entend déployer le service dans le nord du pays, et de l’ONG Plan International. La plateforme s’exporte déjà au Nigeria et au Mali, et la phase pilote a débuté en Haïti, grâce au concours de la Société financière internationale (SFI), la filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé. Le Kenya, l’Afrique du Sud, le Burkina Faso, le Sénégal et la Côte d’Ivoire sont les prochaines cibles.

L’expansion de la start-up permettra enfin de monétiser un service jusque-là gratuit. Gifted Mom emploie pour le moment deux ingénieurs, deux médecins et trois personnes pour l’administration, avec le concours de différents partenaires tels que des ONG, des ministères de la Santé et des institutions de développement.

« Après avoir atteint un seuil critique d’utilisation, Gifted Mom sera un formidable vecteur pour les fabricants des produits et les fournisseurs de services nécessaires aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans, assure Beaugas Orain-Djoyum. Son potentiel économique est donc certain ».

Pour l’heure, Gifted Mom est valorisée à plus de 400 000 dollars, selon une étude commandée par ALN Ventures. L’argument pèsera notamment dans six mois, lorsque le fonds sud-africain lancera l’opération de fundraising destiné à mobiliser 500 000 dollars pour étendre les activités de la jeune pousse camerounaise.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici