Fermer

Kenya : six morts dans une attaque orchestrée par les Shebab

Par Jeune Afrique avec AFP

Des forces armées kényanes le 26 septembre 2016. © Khalil Senosi/AP/SIPA

Les autorités kényanes ont annoncé ce jeudi 6 octobre la mort de six personnes, tuées dans une attaque revendiquée par les islamistes somaliens Shebab contre un complexe résidentiel de la ville de Mandera, dans le nord-est du pays.

« Nous avons subi une nouvelle attaque à Mandera et malheureusement nous avons six morts et un blessé grave », a indiqué le gouverneur Ali Roba dans un communiqué, assurant que le reste des 33 locataires de ce complexe, des employés du secteur de la construction n’étant « ni musulmans, ni ethniquement somaliens », ont été secourus sains et saufs.

Dans un communiqué publié sur internet, les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont indiqué que l’attaque avait été « planifiée » et avait permis de « tuer des chrétiens ».

« De puissants explosifs »

L’attaque a été lancée vers 02h45 contre ce complexe entouré d’un haut mur et protégé par des gardes et situé un peu en dehors de la ville de Mandera, capitale de la province du même nom, coincée à l’extrême nord-est du Kenya entre les frontières somalienne (au sud-est) et éthiopienne (au nord).

« Les assaillants ont utilisé de puissants explosifs contre le bâtiment », a déclaré Amb Mohamud Saleh, un responsable des services de sécurité locaux. « Nous soupçonnons grandement qu’ils soient des membres du groupe des insurgés shebab, qui ont traversé la frontière poreuse entre la Somalie et le Kenya ».

Des coups de feu ont également été entendus par les forces de sécurité qui patrouillaient dans la ville à ce moment, et se sont rapidement rendues sur les lieux et ont poussé les assaillants à fuir.

Tentative de déstabilisation régionale

Les Shebab, affiliés à Al-Qaïda, cherchent à renverser le gouvernement somalien, soutenu à bout de bras par la communauté internationale. Mais ils mènent aussi des attaques au Kenya, qui fournit depuis 2011 un contingent militaire à la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom).

Dans la région aride de l’est du Kenya, les Shebab ont par ailleurs mené plusieurs embuscades contre des bus, séparant les passagers en fonction de leur religion et tuant ceux qui n’étaient pas musulmans.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici