Fermer

Zambie : arrestation du principal opposant Hakainde Hichilema pour « incitation à l’insurrection »

Par Jeune Afrique avec AFP

Hakainde Hichilema lors d'un meeting à Lusaka © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Le candidat malheureux à la présidentielle zambienne du 11 août, Hakainde Hichilema, a été arrêté mercredi 5 octobre dans le centre du pays pour "incitation à l'insurrection" et "rassemblement interdit", selon une source policière.

L’opposant, qui dénonce la réélection du président Edgar Lungu, a été interpellé avec Geoffrey Mwamba, le vice-président de son Parti uni pour le développement national (UPND).

« Un rassemblement interdit »

Les deux hommes sont soupçonnés d’ « incitation à l’insurrection » et d’avoir organisé un « rassemblement interdit » le 26 septembre à Mpongwe, ville située dans le centre du pays et au cœur de la région minière de la Copperbelt (« Ceinture de cuivre »), a déclaré à l’AFP une responsable locale de la police, Charity Katanga. « Ils comparaîtront devant la justice jeudi 6 octobre ».

Une soixantaine de militants de l’opposition, qui protestaient contre leur arrestation, ont été interpellés, selon la police.

« Nous savions qu’on tenterait de nous faire taire »

Hakainde Hichilema et Geoffrey Mwamba sont actuellement détenus à Luanshya, dans le centre du pays. La semaine dernière, ils avaient tenté de rendre visite à des militants détenus en prison dans la région. Ils n’avaient finalement pu les rencontrer et s’étaient adressés à leurs familles.

« Nous avons été arrêtés et sommes actuellement en détention », a annoncé mercredi le chef de l’opposition sur sa page Facebook. « Après les élections volées, nous savions que nous en arriverions à ce point où on tenterait de nous faire taire », a-t-il ajouté. « Mais cela n’entamera pas notre détermination pour une Zambie libre ».

Lors de la présidentielle du 11 août, Edgar Lungu a devancé d’à peine 100 000 voix Hakainde Hichilema, qui se présentait pour la cinquième fois à la magistrature suprême.

L’UPND a contesté la réélection du sortant, estimant que le scrutin avait été truqué, mais ses recours ont été rejetés.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici